Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 05:53

 

On descend toujours plus au sud avec Riton et nous retrouvons un petit truc que nous n’avions plus vu depuis bien longtemps : l’océan atlantique. Plus précisément, le golfe du Mexique …

 

Corpus Christi est un des big port du Texas, aussi bien par son activité pétrolière (dans la baie) que par son accès sur les iles barrières qui sont au large.  

 

Un petit tour sur une rue au nom mythique aux States : Ocean Drive … avec de la bonne musique ricaine à fonds !

 

Riton : « Non Guillaume, ce n’est pas du Katy Perry … On a dit de la bonne musique : Pearl Jam et consort. Toi alors … »

 

Le centre-ville est mort de chez mort … et ca me fait peur ! Je file donc vers des plages, de ce coté-ci du pont

 

4.CorpusChristi 03

 

 

 

Ici, un monument de la jeune histoire américaine nous attend : le USS Lexington, un des porte-avions stars de la seconde guerre mondiale

 

 

4.CorpusChristi 01

 

4.CorpusChristi 02

 

4.CorpusChristi 05

 

4.CorpusChristi 012

 

 

Il est en retraite ici depuis le début des 90’s et est ouvert au public. Le pont …

 

4.CorpusChristi 06

 

 

… les couloirs inextricables …

 

4.CorpusChristi 1

 

 

… la cabine du capitaine …

 

4.CorpusChristi 10

 

Riton : « Y s’fait pas chier le boss ... »

 


… et une jolie vue sur le la baie et son activité qui ne cesse pas malgré ce samedi après-midi   

 

4.CorpusChristi 04

 

4.CorpusChristi 07

 

4.CorpusChristi 08

 

 

Encore une fois, ici la devise des Démocrates pour la prochaine élection présidentielle est : « Forward, not back ».

 

Ce pays s’est construit avec des gens qui ont abandonné vaux-vaches-cochons-famille pour prendre un bateau, traverser l’atlantique et, après de longs moins, sont enfin arrivé sur des terres où il n’y avait rien et tout à construire : c’est pas « pépé-mémé » qui auraient pu faire ca … Ce sont des gens motivés, qui « avaient faim » et qui préféraient vivre leurs rêves plutôt que de rêver d’une vie meilleure.

 

=> Les gens regardent devant ici … pas derrière et ce qu’ils auraient pu perdre. Ca va de l’avant ici … et ca bosse le samedi.

 

Faut quand même dire que je suis une nouvelle fois un peu perdu ici … surtout en centre-ville : l’animation me manque. Je décide donc de ne pas m’éterniser et de filer dés demain sur Houston. Un petit tour sur le net et ô surprise, les Houston Texans jouent demain … Parfait !  

 

 


Partager cet article
Repost0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 08:25

 

 

On continue, toujours plus au sud du Texas et nous arrivons dans la jolie petite ville de San Antonio.

 

Ce n’est pas que la voiture me fais ch***, mais j’ai envie de me promener à pieds dans downtown => je prends donc un hôtel au centre ville … Forcement, un peu plus cher qu’au bord de l’autoroute.

 

La ville est mi-anglophone mi-hispanophone : les mexicains appellent ca « la reconquista » … Apres avoir perdu le Texas il y a env. 200 ans, ils sont tellement nombreux aujourd’hui qu’ils imposent l’espagnol comme seconde langue officielle.

 

Riton : « J’en connais à Madrid qui rêveraient de la même chose avec la Catalogne ou avec le Pays Basque … Moi j’dis ca, j’dis rien … »

 

Ce qu’il y a de bien pour les touristes à San Antonio, c’est que 2 des plus beaux spots du Texas sont à 200 mètres l’un de l’autre : et il faut dire qu’aux States, c’est un luxe inestimable tellement les distances sont énormes !

 

Fort Alamo a été déplacé pierre par pierre jusqu'au centre ville

 

3.SanAntonio 06

 

3.SanAntonio 04

 

 

Où comment moins de 200 états-uniens ont résisté pendant presque 2 semaines contre 5'000 mexicains. David Crockett étant le plus célèbre de ces guerriers.

 

C’est vrai que mes souvenirs d’enfance alliaient David Crockett à Fort Alamo … mais de là à me rappeler que c’était aux environs de San Antonio, j’aurais séché sans autres …       

 

Une superbe église surplombe le fort …

 

3.SanAntonio 05

 

 

… mais il s’agit en fait d’un hôtel

 

 

3.SanAntonio 03

 

 

 

La Riverwalk est l’autre must de la ville. Littéralement 2 étages sous le niveau de la rue, ce dédalle aménagé aux abords de la rivière est un véritable havre de paie

 

3.SanAntonio 01

 

3.SanAntonio 02

 

3.SanAntonio 07

 

3.SanAntonio 12

 

3.SanAntonio 13

 

3.SanAntonio 16

 

 

Riton : « Ouais … ce n’est quand même pas vachement authentique, comme promenade : y’a plein de restaurants, bars et boutiques de souvenirs »

 

« Je te rappelle, mon grand, que les Etats-Unis ont en moyenne environs 250-300 ans d’histoire : tu ne peux pas leur demander d’avoir des temples anciens comme à Siem Riep ou des rizières en terrasses comme aux Philippines => ce qu’ils ont fait ici est tout simplement très bien travaillé, même si après 2 mois tu n’aurais plus envie comme moi de te promener par ici … Mais c’est comme ca et il faut le voir de cette façon : nous vivons l’instant présent et il y a toujours quelque chose à retirer de nos expériences. »    

 

Quelques « promènes couillons » que Guillaume ne renierait pas

 

3.SanAntonio 10

 

3.SanAntonio 17

 

 

Pour nous rappeler qu’aux States, ca bosse !  

 

Quand je demandais à Christiane quels sont plus ou moins les heures d’ouverture des magasins elle me disait : « Oh : de 7 heures du matin jusque vers 11 heures du soir, 7 jours sur 7 … Mais des fois, ils ferment l’après-midi de noël. »

 

Oui, ici ca bosse ! Les USA ne sont pas la 1ere puissance mondiale depuis 100 ans en se demandant si 35 heures c’est mieux que 38 ou en taxant à 75% les tranches des plus hauts revenus.

 

 

 

Avant de continuer notre route, nous nous arrêtons ce samedi matin à la Mission San José, la plus grande ou tout du moins la plus prestigieuse halte sur la route du sud. Ces missions, à environs une journée de marche l’une de l’autre, accueillaient les voyageurs sur la route du sud

 

3.SanAntonio 19

 

3.SanAntonio 20

 

3.SanAntonio 21

 

3.SanAntonio 18

 

 

et hébergeaient aussi le chaland local (la plupart du temps des indiens indigènes)

 

Avec comme cœur, l’église …

 

 

3.SanAntonio 28

 

3.SanAntonio 29

 

 

 

… des fondations pour protéger des agressions extérieures  

 

3.SanAntonio 27

 

 

 

… et un moulin à blé pour remplir les ventres en pain frais

 

3.SanAntonio 22

 

3.SanAntonio 24

 

3.SanAntonio 26

 

 

Riton : « Ah il est content … Ni vu ni connu, il a parlé de l’irrigation, de l’Eau et de la Vie. Va bientôt nous faire une pub pour Perrier si ca continue … Toi, t'as pas assez joué au castor dans les rivieres quand t'étais jeune ... »

 

 


En tous cas une chose est sûre, ce ne sont ni les indiens ni les blacks qui ont gagné ici : pas vu un seul tepee ni un seul T.P. dans les rues.

 

Riton : «  10 contre 1 qu’Elisabeth n’a pas compris cette vanne … J »

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 06:23

 

Mon bouquin stipulait : « les USA … l’endroit rêvé pour faire un Road trip ». Y sont gentils mais je préciserais : « l’endroit où il faut faire un road trip ». Sans voiture ici, t’es mort !

 

Heureusement que j’ai une gentille tata, elle me prête sa voiture pour quelques jours : BMW série 3 ! Moi qui hésitais il y a presque 2 ans entre une béhème et un grand voyage, je suis comblé J. Riton : « Oui … et une 325i, c’est Christophe qui  va en baver d’envie … »

 

Départ donc pour le sud du Texas, direction Austin, la capitale de l’état à l’étoile solitaire. Bon, faut pas se planter avec les échangeurs autoroutiers : une seule erreur à la sortie de Dallas pour ce premier jour => je suis content.

 

Sur le trajet, je vois pour la 4ieme fois un drapeau chilien, après 2-3 maisons à Dallas qui l’arboraient fièrement aux cotés de la bannière étoilée. « Ba dis-donc mon Riton, je ne savais pas que Santiago nous avait suivit jusqu’ici ». C’est en voyant un immense « drapeau chilien » un peu plus loin sur l’autoroute que je comprends en fait qu’il s’agit du drapeau texan … A ma décharge, c’est vrai qu’ils sont quand même proches.

 

La route n’est pas spécialement emballante ni spectaculaire … Disons, pour faire simple, qu’on a l’impression de faire 200km dans la zone commerciale d’Anthy : magasins, stations services, hôtels, restaurants, concessionnaires auto … mais aussi, banques, assurances, agences de voyage, … Il y a quelques mois, je rigolais en comparant les asiatiques qui faisaient tout sur leurs motos aux Uns qui faisaient tout sur leurs chevaux … mais on peut rajouter : « les ricains, y font tout au bord de l’autoroute ! »

 

La conduite est un vrai bonheur sur le Nouveau Continent : pas de mec énervé, pas de klaxon intempestif, pas de queue de poisson inopinée. A croire que d’une, ils savent que les distances sont énormes ici (sous-entendu, ils savent qu’ils vont passer bcp de temps derrière le volant : pas besoin de se stresser) et deux, ca arrive tout le temps à tout le monde de se retrouver dans des endroits qu’ils ne connaissent pas (les ricains ont la bougeotte et lâcher un « espèce de sal touriste … tiens ta droite ! » ne leur viendrait pas à l’esprit).

 

Arrivée à Austin, donc. D’habitude en ville, on croise des panneaux du style : « Merci de laisser nos rues propres ». Ici, c’est l’inverse … ou presque. Des t-shirts ou autres panneaux publicitaires affichent : « Keep Austin dirty » (!). Malgré son caractère officiel de capitale du Texas, Austin se veut LA ville dite « gauchiste » de l’état … en constante contradiction avec le courant Républicain qui prédomine dans le sud des USA.

 

Et c’est vrai que la 6ieme rue est pleine de bars louches, où les barmen sont tatoués de la tete aux pieds et où leurs barbes feraient passer ZZ Top pour des premiers communiants pré-pubères. La ville revendique pompeusement le titre de « capitale mondiale de la musique live » : faut dire qu’avec environs 200 spots le week-end, ca a l’air crédible cette affaire …

 

Comme à Dallas, les écureuils sont rois ici

 

2.Austin 01

 

2.Austin 03

 

 

 

Un petit tour pour aller voir « le plus grand congrès des 50 états » … au bout de Congres Avenue (ba oui, y’a pas de boulevard Mirabeau ou autre avenue du Général de Gaulle ici) ... 

 

 

2.Austin 11

 

2.Austin 06

 

2.Austin 09

 

 

… lui aussi, avec le « drapeau chilien »

 

2.Austin 10

 

 

 

Mon hôtel est à l’autre bout de Congres Avenue et heureusement, il s’agit aussi d’un quartier vivant : les gens sortent dans la rue pour aller dans des restaurants ouverts sur la rue ou des guitounes à hot-dog elles-mêmes sur la rue qui jouxtent quelques concerts publics dans la (presque) rue … J.

 

Je crois que j’ai passé trop de temps dans des pays où les gens vivent dans la rue et me retrouver ici tout d’un coup … j’ai encore un peu de mal à m’y faire.

 

Je ne vois malheureusement pas le 3ieme « plus » de la ville (après la taille du Congrès et le nombre de concerts) : l’envol de la plus grande colonie urbaine de chauve-souris du continent nord américain. Selon les saisons, jusqu'à 750'000 fans de Batman prennent leurs quartiers nocturnes dans la campagne avoisinante (phénomène visible depuis satellite tout de même !). La journée, ces grosses féniasses se nichent sous le principal pont de la ville … juste entre le congrès et mon quartier L

 

 

Le discours d’Obama, en clôture de la convention démocrate, tourne en boucle sur les écrans lorsque mes paupières m’abandonnent. Mon hôtel étant plein demain (pour le w-e), ils me « mettent dehors » gentiment … En route pour de nouveaux horizons, donc …

 

Riton : « Comme un vrai américain, Olive : toujours sur les routes »

 

 


Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 06:55

 

Première pour moi sur American Airline et nous arrivons en ce lundi matin très tôt - avant même que les douanes ne soient ouvertes - sur « le Nouveau Continent » : aéroport international de Dallas-Fort Worth, Texas, USA … !

 

Les douanes, justement, ne semblent pas trop réveillées et ne m’embêtent guère : l’officier passe juste mes chaussures de marche à la brosse puis dans un bain pour éliminer définitivement d’éventuels résidus indésirables. Riton : « Si on nous avait dit qu’on nous cirerait les pompes en arrivant au States … »

 

La tata Christiane est à l’heure … et après avoir squatté honteusement mon appartement à Douvaine pendant tout le mois d’aout, c’est à mon tour de venir squatter chez elle et Don, son mari J.

 

Histoire de me plonger tout de suite dans le gigantisme du pays, on se perd un bon ¼ d’heure à la sortie de l’aéroport dans les méandres des autoroutes et échangeurs monstres ! En effet, en plus d’être un très gros hub (Dallas-Fort Worth est le siège d’American Airline et voit régulièrement passer de nombreux militaires de retour de mission à l’étranger), ils n’ont rien trouvé de mieux que de construire de nouvelles routes dans tous les sens !

 

Riton : « Oui … et les routes, pas du genre le chemin des Pipautes, hein : des 2 fois 5 voies en veux-tu en voila, des ponts qui passent eux-mêmes sous d’autres rampes encore plus hautes, … ». Les chantiers n’étant pas finis, cela ajoute encore plus de confusion (signalisation lacunaire).

 

Nous arrivons quand même à bon port : une jolie « petite » maison, sur Stanford avenue  

 

1.Dallas 05

 

1.Dallas 04

 

1.Dallas 08

 

1.Dallas 07

 

 

« Petite » car ici, tout juste 300 mètres carrés habitables pour 2 est considéré comme « un peu limite ». J

 

 

Je trouve enfin une nouvelle carte SIM, un pressing pour ma veste qui en a vraiment besoin (même si moi, je n’en ai pas du tout besoin : 39 degrés, que les caillantes des derniers mois sont déjà loin !) et j’entreprends l’aventure des traveler’s check dans la première banque que je trouve …

 

 - Vous changez les traveler’s, Madame ?

 - Non Monsieur … mais vous trouverez un bureau qui vous les prendra à cette adresse.

 - Et c’est loin ?

 - Non … 10 minutes environs et c’est facile à trouver : tapez l’adresse sur votre GPS, vous verrez que c’est simple.

 

Ah ok … Non seulement je n’ai pas de GPS mais en plus, je n’ai pas de voiture ! Christiane rigolait quand je lui disais que j’allais prendre les bus, métro et taxis pour me promener dans Dallas … Tu parles ! Ici, c’est la bagnole et pis c’est tout … !

 

Bref, je commence à marcher, sous 39 degrés à 11 heures, et bien évidemment, je ne trouve jamais l’adresse. (Apres vérification ultérieure avec ma tante, il s’avérait que cette adresse est super loin … en fait, super loin si tu le fais à pieds).

 

Un petit truc m’avait déjà mis la puce à l’oreille : même les distributeurs de billets aux alentours des banques sont en « drive-in » … pas besoin de descendre de la voiture !

 

 

La « ville » ne semble d’ailleurs pas en être une : seulement quelques hauts buildings dans le Dallas Downtown, histoire d’héberger Big Business, et tout de suite après une gigantesque succession de zones résidentielles, largement arborées, qui s’étendent à perte de (non)vue … Même depuis les hauteurs du bureau de Don, au centre de recherche médicale, on ne devine pas les contours de Dallas car elle apparait comme noyée sous une dense foret.

 

La maison individuelle étant reine ici (les quelques immeubles ont 2-3 étages, pas plus), cela ne favorise pas l’émergence du béton au grand jour ... malgré sa formidable force de vie qui le pousse à vouloir percer au dessus de la végétation.     

 

Riton : « Ah tu m’étonnes …. Quand tu es à Bangkok, Saigon ou Manille, tu le sais, que tu es en ville »

 

 

Je profite donc de la famille (après 10 mois, ca fait du bien de se sentir un peu « chez soi »), de la convention démocrate qui bat son plein et de la cuisine « maison » … Quand tout à coup, un doute m’assailli : et si Lee Harvey Oswald n’avait pas été seul ?

 

Direction donc le Sixth Floor Museum, dans cet ancien dépôt de livres scolaires d’où ce flibustier de Lee Harvey avait tiré sur Kennedy en novembre 63.  

 

« Alors Riton, une conclusion ? »

 

Riton : « Je veux mon n’veu. Moi je dis : y’a plus d’saison ma p’tite dame … »

 

Effectivement, c’est le genre de discussion de comptoir qui pourrait encore durer des années et des années …

 

 

 

Mais nous ne sommes pas au Texas uniquement pour élucider ce mystère : d’autres destinations nous attendent …

 

 

 

Partager cet article
Repost0