Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 11:12

 

 

Ca y est : on attaque ce qu’on appelle « l’Ouest Américain » et ses grands espaces … Depuis le mauvais coté, certes, mais l’Ouest Américain quand même ! Un des rêves planétaires … Road trip sur les contrées qui ont vu les « 49ers » courir vers l’or il y a bientôt 2 siècles … En effet, c’est en 1849 que les gens se sont rués vers l’ouest, à la recherche du précieux métal, et ont peuplé plus ou moins ces immenses contrées entre le Centre (on va dire depuis Saint-Louis) et la cote Pacifique : eux sont partis de l’Est vers l’Ouest, pas comme ce cono de Riton … Bref.      

 

Le départ de Frisco - avec le pied sur le frein - me donne des frissons … mais je frémis d’avance de la fréquenter de nouveau et de fredonner cet hymne dans quelques semaines : ♫♪  la-Ca-li-for-niiiiiiiie  ♪♫

 

On prend le Bay-Bridge et on passe tout d’abord vers Berkeley, célèbre pour son université top-niveau et qui a été un fervent axe de la lutte anti-guerre Vietnam : je retrouve l’ambiance feutrée des mes cours d’expert-comptable à l’uni de Lausanne, le temps d’un café. Passage via Oakland et le stade des Raiders (l’équipe locale de foot US) qui est le long de l’autoroute puis on plonge sur l’axe qui file vers le sud et L-A.

 

Il y a bcp de monde et ce n’est franchement pas une partie de plaisir (peux même pas mettre en route le régulateur de vitesse, alors … L).


Enfin, nous bifurquons à gauche et tout d’un coup, un navre de paix s’offre à nous … Riton : « Un havre de paix, Olive, un havre … ». « Je sais … mais pour ceux comme toi qui ne connaissent pas la pub, tu ne peux pas comprendre - « c’est comme un Néron dans le ciel … » J ».

 

La route, et surtout mon GPS, nous mène enfin jusqu'à Oakhurst … la petite ville au sud de ma cible : le parc du Yosemite. Les Etats-Unis ont un nombre incalculable de parcs nationaux et ceux-ci sont le véritable joyau de ce pays.

 

Glacier Point nous offre une vue imprenable sur la vallée proprement dite …

 

8.Yosemite 01

 

8.Yosemite 05

 

 

… et sur une des stars locales, « le ½ Dôme »

 

 

8.Yosemite 08

 

8.Yosemite 09

 

8.Yosemite 15

 

Riton : « Vinzou … On dirait un Mystère arrosé de grand-marnier dans lequel Tutu aurait mis un grand coup de fourchette ! »

 

 

Malheureusement, l’ascension prend 10-12 heures (dont une partie via via-ferrata) et je m’y prends trop tard L

 

Tout en bas, nous apercevons la vallée du Yosemite, avec le Yosemite Village (ba oui … faut pas trop en demander quand même, nous sommes dans le Yosemite Park)

 

 8.Yosemite 12

 

 8.Yosemite 14

 

 8.Yosemite 17

 

 8.Yosemite 18

 

 

 

Il est quand même temps d’y plonger … même si nous sommes dimanche et qu’il y a passablement de monde. Si à Sukhothai (au nord de Bangkok) il fallait parler français pour être dans le coup, ici le « Guten Tag » est de bon ton : c’est clafi d’allemands ! Riton s‘emballe certainement un peu mais nous dirions qu’il y a autant de germanophones que de touristes locaux ! C’est quand même la première fois que je parle plus allemand qu’anglais depuis presque 11 mois …

 

8.Yosemite 22

 

8.Yosemite 24

 

8.Yosemite 25

 

8.Yosemite 26

 

 

 

Et je décide d’aller faire un tour dans la vallée du Mirror Lake, le lac au pied du ½ Dôme … mais qu’on ne voit pas d’en haut car caché par les arbres. J’emprunte malicieusement et … involontairement, la piste dédiée aux promenades à cheval. Personne de chez personne … à part 2 écureuils branleurs qui se dandinent au soleil   

 

8.Yosemite 36

 

8.Yosemite 37

 

 

 

 

Ca a l’air d’être une marque de fabrique des parcs nationaux : comme en Tasmanie, on t’indique que la piste est fermée (pour cause de chute de pierre cette fois-ci) au bout de 4 kilomètres … Grrrrr ! Ca aurait été trop dur de le dire avant, des fois ?  

 

Riton : « En même temps, si t’étais allé te renseigner au Renseignement Center avant … »

 

Pas grave, on traverse par les bois et la rivière pour arriver face au ½ Dôme … tout en bas, cette fois 

 

8.Yosemite 28

 

8.Yosemite 29

 

8.Yosemite 32

 

8.Yosemite 35

 

 

En fait en cette fin d’été, le lac est quasi totalement asséché …. Mais bon, « l’important c’est le chemin, pas la destination » J

 

Sur le retour, la Merced River nous offre un peu d’eau … (« Riton, une blague sur Béhème ou Audi et je te jette dehors ! »)

 

8.Yosemite 41

 

 

… et la plaine, quelques derniers prises de vue sympathiques

 

8.Yosemite 45

 

 8.Yosemite 46

 

 

 

En remontant, une halte obligée juste avant le tunnel, histoire de bien comprendre cette vallée « effondrée »

 

8.Yosemite 47

 

8.Yosemite 48

 

 

 

Tout au sud du parc, juste avant la sortie en direction de notre refuge, c’est l’havre des séquoias géants !

 

8.Yosemite 53

 

8.Yosemite 57

 

8.Yosemite 60

 

 

Un des monstres du coin (sans être « le pire ») est prénommé Grizzly Giant    

 

8.Yosemite 66

 

8.Yosemite 67

 

8.Yosemite 70

 

 

 

Chacune de ses branches pourrait faire un sacré arbre dans votre jardin !

 

8.Yosemite 73

 

 

 

Riton : « Mesdames et Mesdames, dans le coin rouge : 64 mètres de haut, 29 mètres de circonférence moyenne et 8,5 mètres de diamètre à sa base … Ca c’est du champion ! »

 

M’ouais … Ca, ce sont les données officielles du panneau. Je veux bien que les Etats Unis soit le pays du toujours « plus » mais là j’ai du mal : diamètre à sa base (8,5 mètres) = 5 Olivier couchés ! Heuuu non … là ca le fait pas : moi je dirais 3 mètres, ce qui est déjà pas mal !  

 

Riton : « Ouais mais là, t’as l’air ridicule en mettant tes chaussettes et tes tongues dans la chambres pour marquer les Olivier couchés … »  

 

C’est vrai que ca correspondrait en fait à la profondeur de ma chambre et donc, du bâtiment => Je descends dans la rue pour prendre les 10 mètres de recul par rapport au bâtiment, distance que le périmètre de sécurité imposait pour la visite de ce monstre … Et je dois dire que c’est exactement ca !!! Putain, le bougre fait vraiment 8,5 mètre de diamètre à sa base … !!!

 

Riton : « Surement la rigueur allemande, qui a mesuré tout ca J »

 

 

L’âge du Grizzly est estimé à 1'800 ans ! Cette fois-ci, je ne remets pas en doute le panneau et je me dis que même s’il y a 200 ou 300 ans d’erreur … le petit Grizzly a tout de même fait sa première poussée environs 1’000 ans avant la cathédrale de Chartre !

 

Nombreux sont les séquoias qui prennent feu durant leurs vies (en moyenne tous les 60-70 ans) … mais cela ne les empêchent pas de passer outre et surtout, de se reproduire.

 

8.Yosemite 77

 

8.Yosemite 78

 

8.Yosemite 69

 

 

Riton : « Hein ?!? Comment ca … ? »

 

Hey ho, … pour plus d’infos, demande à Jojo, STP … C’est pas marqué « le Gutenberg de la dendrologie » ici … »

 

J 

 

PS : oui moi aussi, je ne savais pas ce qu’était la dendrologie. Merci Wiki=Machin et Gogol 1er J

 

 

 


Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 07:25

 

Merci à la tata qui me dépose tôt en ce dimanche matin à l’aéroport (Riton : « En même temps, c’est une Baud, pas une Ayadi qui se lève tard comme toi, alors … »).

 

Vol pour l’Ouest donc : Dallas-San Francisco … Une énorme bonne-femme à ma gauche, une autre sur ma droite => sûr que je ne vais pas trop bouger pendant le trajet et je peux tranquillement finir ma nuit … bien coincé, bien au chaud J.

 

Alcatraz n’est pour finir pas si loin que ca dans la baie

 

7.Frisco 01 

 

 7.Frisco 02

 

 7.Frisco 07

 

 

 

Un petit tour sur le port touristique, le quai 39, d’où des éléphants de mer se prélassent

 

7.Frisco 16

 

7.Frisco 17

 

7.Frisco 18

 

7.Frisco 20

 

 

Avec le Golden Gate en arrière plan, faut avouer qu’il y a pire comme coin pour la sieste

 

7.Frisco 21

 

Riton : « Des éléphants de mer qui se tripotent la nouille sur un quai à S-F ? Je ne savais pas que l’expression « PD comme un phoque » venait d’ici … ». Effectivement, Frisco est un peu … gay ! Mais bon, du moment que « chacun reste chez soi », moi je n’ai pas de problème particulier avec les gay. Riton : « C’est clair … Moi le trou d’balle, c’est en sens unique : seulement quand je vais aux cabinets ! Et toc ! ».

 

« Et encore une allusion « limite » de ce brave Riton … Si ca contenue, il va finir à Alcatraz. »

 

 

Christiane et Don me disaient que la conduite à S-F était un peu compliquée et qu’il valait peut-être mieux attende de partir plus au sud pour prendre une voiture. Meuuuu non ! Les rues sont géniales !!!  Pleins de vieux souvenirs de films et de séries US me reviennent en tête … J

 

7.Frisco 23

 

7.Frisco 62

 

7.Frisco 64

 

7.Frisco 116

 

 

 

La tour Coit offre une vue mémorable sur toute la ville

 

7.Frisco 63

 

7.Frisco 54

 

7.Frisco 51

 

 

Les quais et le Bay Bridge, qui relie S-F à Oakland via Tresure Island …

 

7.Frisco 40

 

7.Frisco 27

 

7.Frisco 29

 

7.Frisco 30

 

 

… le CBD (Central Business District) …

 

7.Frisco 31

 

 

… les collines, avec le Golden Gate Bridge en fond d’écran …

 

7.Frisco 33

 

7.Frisco 34

 

7.Frisco 45

 

  

… Alcatraz et le quai 39, succession de restaurants et boutiques « touristes » donc

 

7.Frisco 35

 

7.Frisco 37

 

 

 

 

C’est ca qui est bien aussi ici, la vile n’est monstrueusement grande : elle reste à taille humaine, je dirais (moins d’un million d’habitants pour S-F intra-muros).

 

Les rues aussi sont un musée à ciel ouvert : pas 2 maisons ne semblent identiques

 

7.Frisco 58

 

7.Frisco 70

 

7.Frisco 71

 

 

Elles sont toutes d’armatures en bois …

 

7.Frisco 72

 

… et parfois les finissions laissent à désirer.

 

Riton : « Hein quoi … !?! Les finissions ne sont pas la panacée du cru ? C’est le père Baud qui serait heureux comme un pape ici J »

 

 

Sur demande expresse de la maman, je devais « ABSOLUMENT ALLER VOIR LA MAISON BLEUE DE MAXIME LEFORESTIER ! ». Bon, c’est pas difficile de la trouver : d’une, tous les français croisés depuis 2 jours ne parlent que de ca (!) et de deux, quand tu es dans la rue et que tu n’es pas sûr du numéro, regarde jute sur le trottoir … quand il y a 2-3 quinquas qui prennent des photos, c’est là J

 

7.Frisco 79

7.Frisco 75

 

7.Frisco 73

 

7.Frisco 74

 

La maison est dans le quartier « Castro » … le quartier gay de chez gay de Frisco. (Riton : « Bon Olive, prends ta photo vite-fait bien-fait et on file, hein … j’ai pas ma ceinture et je ne suis pas trop sûr de l’étanchéité de mon pantalon »).

 

La maison n’a rien d’exceptionnel et surtout, elle n’est pas « accrochée à une colline » qui surplomberait l’océan … Mais l’important n’est pas là : ce qui compte, c’est le mythe et tout ce que l’imaginaire collectif peut retenir de cette maison bleue. Et c’est d’ailleurs bien mieux comme ca : les fantasmes  sont surtout là pour faire rêver avant tout …

 

 

Le symbole de la ville, tout comme le Parc des Princes pour Paris (J), c’est le fameux Golden Gate Bridge …

 

7.Frisco 83

 

7.Frisco 81

 

7.Frisco 82

 

 

… qui relie la Bay City au nord de la Californie par la cote.

 

Sa couleur orange a été choisie parce qu’elle se mariait assez bien avec les contours de la baie. Les fils d’acier utilisés pour les câbles feraient 3 fois le tour de la terre et le béton de ses fondations couvrirait un trottoir de San-Francisco à New-York … Rien que Ca !  

 

Ce joli pont nous mène à la non moins jolie bourgade portuaire de Sausalito …

 

7.Frisco 94

 

7.Frisco 95

 

7.Frisco 96

 

 

… qui n’en oublie pas le caractère international du coin

 

7.Frisco 98

 

 

Ici, les maisons sont « accrochées à la colline » et offrent une vue superbe sur Frisco et le Bay Bridge

 

7.Frisco 107

 

7.Frisco 108

 

7.Frisco 105

 

7.Frisco 100

 

7.Frisco 102

 

 

 

Sur le retour, nous avons l’impression de passer sous les pieds d’un géant orange qui lève les bras au ciel pour nous accueillir

 

 


 

 

 

Chinatown est vraiment à quelques encablures du centre d’affaires …

 

7.Frisco 134

 

7.Frisco 139

 

7.Frisco 138

 

7.Frisco 132

 

 

… Et je me demande un temps si j’ai bien mon passeport sur moi, tellement nous sommes dans un autre pays. Bon, le quartier est quand même beaucoup moins agité que le Chinatown de Bangkok J

 

 

En fait, San-Francisco c’est un mix entre : Sydney (pour la baie, et en moins bétonnée), Melbourne (pour la vie de quartier), Valparaiso (pour les collines et la diversité des maisons), le Laos (pour les espaces verts - Riton : « Heuuu là Olive, tu t’emballes ». « Je sais, mais ca fait rien ! ») et Genève pour son caractère international, sa taille modeste et sa renommée mondiale !   

 

Que demande le peuple … ?!?!

 

Riton : « Bon … je vois qu’on va avoir du mal à faire redescendre sur terre la groupie, mais en plus, ca fait du kite-surf ici … Alors moi j’peux plus rien. Désolé. »

 

7.Frisco 121

 

7.Frisco 126

 

7.Frisco 128

 

 

 

Riton : « Bon Olive, tu peux nous dire quand même : Pourquoi Frisco … et pas Los Angeles, par exemple ? »

Pourquoi ? Ba tout simplement à cause de Steve McQueen … et la scène mythique du film « Bullitt ». Aucun dialogue sur cette scène mais tout est dit … Tout simplement Genial ! 

 

 

 

 

 

Riton : « Oh mon Dieu ! Le ronronnement de la Mustang de Steve : Christophe ne va pas en dormir de la nuit quand il va savoir que t’as fait presque pareil » J

 

 

Conclusion :

 

Riton : « Bon tu fais chi*** Olive : t’aurais pas pu faire un article encore plus long des fois ? »

 

« Que veux-tu, très cher, c’est les USA ici : tout est XXL J »

 

 


Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 06:27

 

Il va être temps pour moi de remonter sur Dallas. Mais avant, un petit détour par le Menil Museum, à quelques encablures de mon B&B : une des plus grandes collections privées des US … Le couple de donateurs-fondateurs, dont au passage la femme était d’origine française, fait partie d’une des plus grosses fortunes de Houston … donc des States.

 

J’arrive sur les lieux et il n’y a que deux grandes pièces … avec uniquement quelques néons de toutes les couleurs ! Heuuuu … je veux bien n’être pas vraiment sensibilisé à l’art moderne mais là … ! En fait, il s’agit d’une annexe et le musée principal est un bloc derrière (ouf !).

 

Riton : « Au passage, le gardien de cette annexe doit sacrement se faire chi*** pendant sa la journée de travail … »

 

Le bâtiment est une nouvelle fois exclusivement construit à l’aide de fonds privés

 

5.Houston 35

 

 

Et on attaque les différentes expositions, tout y passe : Afrique, antiquités, Byzantin/Médiéval, Iles du Pacifiques (dont l’ile de Pâques J), cote ouest américaines, toilettes hommes/femmes (« heu non Riton, ca c’est dans tous les lieux publics ! »), … et surréalisme.

 

C’est là que je me rends compte de mes lacunes en art : le surréalisme ! J’ai beau chercher, je ne comprends pas trop le tableau « Hérédité des caractères acquis » … un assemblage de grossières pièces d’échec et d’osselets mal dessinés. Dans l’exposition « Silence », une grande pièce totalement blanche présente des traces noires sur les murs, comme si quelqu’un avait essayé de grimper contre ces murs et … une jeune femme allongée face au mur ! Elle passe la journée ici … !!!            

 

Riton : « Et que dire des tableaux monochromes dans la pièce « Modern & Contempory » … ? ». Effectivement, je dois me pincer le nez pour ne pas exploser de rire en repensant aux Inconnus et à leur cultisme « monochrome de Whiteman » … J.

 

En voyant mon t-shirt, un gardien brise enfin le silence de mort qui règne dans ces pièces : « Ah t’es allé au Vietnam ? Moi j’ai adoré … et il y a 20 ans de cela, snif … »

 

La sortie de Houston se fait une nouvelle fois au travers d’une immense zone commerciale (plus d’une heure d’autoroute L) et enfin nous retrouvons un peu du désert Texan J. Le centre de Dallas est un peu « busy » en ces heures de sortie de bureau mais nous arrivons tout de même à bon port.

 

 

Jeudi calme sur Dallas, nous profitons de la maison et de « Sophie », la chatte de Christiane et Don (désolé frangine J)

 

1.Dallas 11

 

1.Dallas 12

 

1.Dallas 13

 

1.Dallas 14

 

1.Dallas 15

 

 

 

 

Don se joint à Christiane et moi en ce vendredi pour un petit tour à Fort Worth, la « cowboy town » du Texas et son Stockyards incontournable pour les troupeaux de bétails qui remontaient vers le nord lors du 19ieme siècle.   

 

1.Dallas 09

 

 

Aujourd’hui, ca n’a pas grand-chose d’actif … à part une grosse activité touristique. Mais ca a le mérite de mettre en valeur la mémoire d’un fantasme oublié par le Texas actuel : l’élevage de bétail. En effet, cette activité n’a perduré que 30-40 et dés le début du 19ieme siècle, elle est devenue totalement obsolète (car pas viable). Aujourd’hui, le Texas c’est : pétrole, recherche scientifique et transport essentiellement.

 

Riton : « Ouais mais quand même : y’a passablement de gigantesques 4x4 et des mecs en bottes et chapeau de cowboy un peu partout ici … » Que veux-tu, les images d’Epinal ont aussi traversé l’Atlantique J.  

 

 

 

En ce samedi, un petit tour pour l’inauguration du nouveau centre d’art de Dallas (comme s’il n’y en avait pas assez en centre ville) et un concert de piano le soir (dont Riton a apprécié les mélodies ... pour finir J) et il va être temps de remercier chaleureusement Christiane et Don pour leur accueil …

 

1.Dallas 20

 

1.Dallas 21

 

 

 

… et de partir sous de nouveaux horizons US, un "peu" plus à l’ouest.

 

 


Partager cet article
Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 07:09

 

A une petite heure au sud de Houston, Galveston nous ouvre les bras et surtout … son musée du forage pétrolier offshore.

 

Comme il est quasiment impossible d’aller voir une plateforme en live, il faut se rabattre sur cette plateforme ramenée à quai et transformée en « gloire au forage »   

 

 

6.Gavelston 15

 

6.Gavelston 06

 

6.Gavelston 07

 

6.Gavelston 10

 

 

 

Nous avons toutefois une vue imprenable sur la baie qui se veut exclusivement dédiée à l’approvisionnement US en essence et autres dérivés de pétrole.

 

 

6.Gavelston 03

 

6.Gavelston 16

 

 

 

Je confirme : c’est bien Galveston et Houston que j’avais vu de nuit et de l’avion qui m’avait emmené de Santiago à Dallas il y a quelques jours (nuits) : sur plus de 15 km, ce n’est qu’une succession d’usines de raffinage et autres complexes pétroliers. Il faut dire que la quasi-totalité des énormes quantités d’essence que le « continent » US consomme par jour transite par le Texas et ici … Houston n’est pas considérée comme la capitale mondiale du pétrole pour rien …

 

 

Un petit tour dans le centre ville avant de repartir, histoire de voir d’un peu plus près les vieilles bâtisses qui font la réputation de la cité   

 

 

6.Gavelston 18

 

6.Gavelston 22

 

6.Gavelston 19

 

 

Une des fameuses Alley

 

6.Gavelston 20

 

 

Au milieu d’un bloc, ces rues secondaires sont exclusivement dédiées aux poubelles, lignes téléphones et électriques. Ca n’a rien de charmant, loin de là, mais ces Alley permettent de laisser le vrai devant des rues propres de toutes pollution visuelle.

 

Riton : « Ah c’est sûr qu’en terme « d’occupation », les rues américaines n’ont rien à voir avec celles de Saigon ou Hanoi »

 

 

Un exemple typique des bâtiments ici

 

6.Gavelston 21

 

 

Le devant est bien travaillé et les façades latérales sont plus que sommaires : comme si de toute manière, elles attendaient une voisine très prochainement. On dirait des tranches de cake …

 

Retour sans accros sur Houston centre … avec le plein d’essence, bien sûr.

 

 

 


Partager cet article
Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 10:41

 

Bon c’est gentil les matchs de football américain le dimanche … mais il s’avère que le mien est à midi et à environs 300 kms ! Faut se grouiller en somme … Levé à 6h30 et en route … pour de la route.

 

Les axes américains ont ca de bien : c’est super bien indiqué => on arrive assez facilement à trouver le stade depuis l’autoroute

 

 

5.Houston 33

 

5.Houston 34

 

 

Un parking à quelques encablures du stade … et à USD 20 (!) et nous arrivons enfin à notre place après avoir négocié pendant 30 minutes notre billet (« mais je vous dis que j’ai acheté ma place la nuit dernière sur internet et que je n’ai pas eu le temps de l’imprimer : je ne cherche pas à vous entuber ! »)

 

5.Houston 11

 

5.Houston 09

 

5.Houston 010

 

 

 

A 140 dollars, ca reste une des premières places … mais super bien placée : en haut du premier anneau  

 

 

5.Houston 01

 

5.Houston 02

 

5.Houston 03

 

 

 

J’assiste à mon premier match de NFL, les Texans contre les Miami Dolphins, et les locaux ont le bonheur de gagner largement ce match.

 

Ce qui m’impressionne le plus ici est le professionnalisme du sport US : ici, tout est fait pour le top du top … aussi bien sur le terrain (18 entraineurs juste pour les Texans ! Alors que la moyenne du foot européen est d’1 entraineur, 1 ou 2 assistants, 1 entraineur des gardiens et 1 préparateur physique) et surtout, quand on se plaint en Europe de ne pas trouver de saucisse ou de bière à la mi-temps, ici les coursives et les gradins sont remplis de guitounes ! Tous les 2 mètres, il y a un stand de bouffe ou une boutique de souvenirs pour être sûr que le chaland ne manque de rien …

 

Le programme officiel qui est vendu, et pour lequel je me fends de 5 dollars, est un véritable magazine : aussi grand qu’un Marie-Claire ou un Géo Magazine !

 

Pour les anciens comme Riton et moi, on se plaint souvent en Europe de voir le foot devenir un « sport business » … Ici, le sport est devenu une veritable industrie du divertissement ! Et ce n’est franchement pas ce que j’ai envie de voir pour mon sport de prédilection …

 

Bon … les pompom girls sont tout de même là

 

5.Houston 05

 

Riton : « En apprenant que Jno n’était pas dans les tribunes aujourd’hui, c’est tout un monde qui s’écroule pour ces jeunes demoiselles »

 

Une très sympath B&B trouvée pas très loin du centre, où on s’étonne tout de même de voir « un touriste à Houston » et j’enchaine le lendemain avec un des must du coin : « Houston, nous avons un problème … »

 

5.Houston 12

 

 

 

Un petit tour au Space Center de Houston, à coté de la NASA. Ca ressemble à un parc d’attraction mais il y a tout de même un tour dans le vrai complexe de la conquête spatiale.  

 

Le centre de contrôle des missions …

 

5.Houston 14

 

 

… un tour dans le labo qui prépare les prochaines missions extra-terrestres

 

 

5.Houston 15

 

5.Houston 18

 

5.Houston 19

 

 

En fait, les modules sont préparés en carbone afin de simuler leurs poids en apesanteur et de voir quels sont leurs maniabilités en « poids réel ».

 

Saturne 5 est exposée ici aussi, et accessible au public

 

 

5.Houston 23

 

5.Houston 22

 

5.Houston 25

 

5.Houston 26

 

 

 

Mais en fait comme le dirait Riton : « Pas besoin d’une telle fusée pour continuer notre chemin sur cette petite planète bleue »

 

D’ailleurs, ce grand garçon s’est endormi dans la voiture sur le chemin du retour J

 

 

 

Partager cet article
Repost0