Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 00:25

 

 

Je veux bien que la ponctualité soit difficilement atteignable sur de longs trajets …  mais quand on te dit lors du dernier arrêt important qu’ « il ne reste plus que 2 heures » et que pour finir, c’est plus de 2h30 …  grrrr ! Ok 30 minutes, ce n’est pas le Pérou mais pour des professionnels du transport, ca fait 25% d’écart sur l’horaire annoncé : ca fait tâche quand même … Surtout qu’il n’y a eu aucun pépin durant cette dernière tranche … Bref : arrivée de nuit, balade nocturne avec tout le fourbi sur le dos (histoire d’em*** les taxis et autres rabatteurs) et enfin un hôtel …

 

Nous voici donc à Nasca. « Non Riton, ce n’est ni le NASDAQ ni la NASA mais tu as raison sur un point : on va prendre de l’altitude ici … » 

 

Comme je n’ai pas eu la bonne idée de demander quelques conseils à Gilles lorsque je bossais chez Berney, je dois me résigner à me laisser piloter par un professionnel (NDLR pour les non-initiés : Gilles est, à ses heures perdues, pilote-instructeur à l’aérodrome d’Annemasse).

 

On va s’envoyer en l’air avec les lignes de Nasca. « Re-non Riton ! Nasca en péruvien, ca ne veut pas dire coke »

 

Un petit Cessna 206 nous attend sur la piste …

 

7.Nasca 27

 

7.Nasca 02

 

 

 

…  6 places maxi (pilotes et copilote compris) …

 

7.Nasca 01

 

Riton : « heuuu … pour moi ca sera cote de bœuf-béarnaise, le plateau repas SVP … »

 

… et c’est parti pour un tour ! Car c’est le meilleur moyen d’appréhender ces aberrations humaines … J

 

Nous survolons tout d’abord les environs de Nasca …

 

7.Nasca 05

 

7.Nasca 09

 

 

… puis arrivons sur « les lignes » en elles-mêmes.

 

L’Astronaute (32 mètres) …

 

7.Nasca 11

 

 

… mon préféré, le Colibri (96 mètres) …

 

7.Nasca 14

 

 

… le Condor (136 mètres) …

 

7.Nasca 16

 

 

… le Parrot (200 mètres !) 

 

7.Nasca 19

 

 

Pas facile avec mon appareil de prendre de belles photos mais il y a pas moins de 300 figures dessinées dans le désert, dont env. 70 animaux et plantes … les plus fameux et impressionnants allant de 32 à 300 mètres de long tout de même ! 

 

En plus, ca brasse bien cette affaire ! En plus des turbulences naturelles dues au fait du vent et de la petite taille de l’avion, le pilote prend des virages serrés afin d’offrir le plus beau panorama sur ces lignes … Un coup à droite, un coup à gauche … histoire que tout ce petit monde ait une vue plongeante.

 

Riton : « En tous cas une chose est sûr : notre voisine canadienne ne cherchera pas à choper le pompon pour un tour gratuit ! ». Effectivement, le petit aérodrome de Nasca déplorera, ce soir, un sac à vomi manquant lors de son inventaire …

 

 

Ces « lignes de Nasca » sont plus ou moins datées entre 900 avant JC et 600 après JC. Riton : « Qui, pourquoi et surtout comment … ?!? Telles sont les questions qui demeurent aussi ouvertes que les cuisses de l’actrice professionnelle que nous avions croisée à La Paz … ». (no comment, pour ma part …)

 

C’est en survolant le mirador, juste aux pieds de la Grenouille et de l’Arbre, qu’on se rend bien compte de la taille de ces figures !

 

7.Nasca 20

 

7.Nasca 21

 

 

 

Outre la taille, c’est la régularité des courbes et lignes droites qui est époustouflante ! Comment ont-ils réussi à faire des figures aussi parfaites ? Car à l’époque, il n’était bien évidemment pas question de guidage laser ou de pilotage par satellite. Riton : « Et c’est même mieux dessiné que sur l’ardoise magique d’Emma, alors … »  

 

Je repense à la remarque de Guillaume concernant la coupole de la basilique Saint-Pierre à Rome : « si on demandait aujourd’hui à des ingénieurs de la refaire avec les moyens de l’époque, ba ils ne sauraient pas comment s’y prendre … ». Cette remarque se teindrait ici, je pense.

 

C’est déjà l’heure du retour … Nous profitons du panorama sur la vallée et je trouve enfin le point de vue me permettant d’illustrer ce que je dis depuis plusieurs jours voire plusieurs semaines : c’est sec de chez sec sur cette cote Ouest mais demeurent quelques vallées bien irriguées

 

7.Nasca 23

 

7.Nasca 25

 

Riton : « ah il est content là : il reparle d’irrigation … pfuuuu »

 

 

Un atterrissage tout en douceur …

 

7.Nasca 26

 

 

… et il sera déjà temps demain pour nous de continuer notre route, sur terre ferme cette fois-ci.

 

 

Riton : « Hey mais dis-donc !!! Je t’y prends là : j’ai rêvé ou t’as acheté un t-shirt souvenir ?!? ».

 

Effectivement, je ne suis ABSOLUMENT PAS souvenirs et à part un bracelet « offert » par un moine au Sri-Lanka (contre une contribution pour leurs bonnes œuvres), un t-shirt à Hanoi (Viêt-Nam) et « une marque indélébile » gravée sur mon bras à l’ile de Pâques, ce n’est que le 4ieme souvenir volontaire que j’emmène avec moi …

 

Mais pour moi l’important n’est pas là … Le blog de Riton, mes photos, mes expériences et surtout cette année de TOTALE LIBERTE constituent l’essentiel des souvenirs que je souhaite emporter avec moi …      

 

En route donc … toujours plus au sud … avec comme objectif d’ici fin août : retour sur Santiago.

 

 


Partager cet article
Repost0
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 02:54

 

Nous partîmes en bus 13 heures plus tôt ce matin et nous arrivâmes semi-comateux sur Lima, la capitale de Los Peru (oui … pour moi, il y en a plusieurs).


Riton : « Ah ba on voit que nous revenons dans une grande ville : pour une fois, t’as un tout petit peu regardé dans quel quartier on va aller crécher …. ». Ce sera Miraflores : quartier agité à 10-15 minutes de taxi du centre historique.

 

Bon … ce qu’il n’y a de pas bien en hivers sur la cote Ouest de l’Amérique latine, c’est que même sans pluie, c’est toujours couvert …. Alors que tout bon touriste aime le soleil L

 

Un petit tour chez le dentiste, ca fait pas de mal (sauf au portefeuille) … et en route pour quelques visites : le musée de l’inquisition et monastère de San Francisco avec ses catacombes. 

 

Riton : « Wouaou Olive : du fun, du fun, … toujours de plus de fun dans ce tour du monde ! »

 

« Roooo … J’ai pas dit que c’était fun, j’ai dit que ca m’intéressait, c’est tout. Pis estime-toi heureux, on a laissé de coté le musée de l’électricité au Pérou alors que je l’avais mis sur mes tablettes …. »

 

 

Le musée étale les autodafés et autres aberrations qui nous paraissent hors de propos aujourd’hui mais qui ont sévit pendant presque 350 ans à travers le monde (pour la partie espagnole)

 

Malheureusement, les photos à l’intérieur sont proscrites … L. Voici donc les seuls du monastère

 

6.Lima 02

 

6.Lima 04

 

 

 

Durant la visite guidée, j’ai bien essayé d’échapper à mon groupe mais je retombe sur eux au détour d’un couloir. Pas plus mal car pour les catacombes, je n’aurais peu y aller tout seul, la patrouille veillait à l’entrée.

 

 

Suis toujours un peu moins motivé en ville, alors que je suis content de retrouver un semblant de modernité. Mais aller manger seul dans un bon resto ne me dit guère …

 

 

 

En route donc, toujours plus au sud …

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 07:09

 

Bon … je m’étais dit : « Trujillo, puis tu commences à redescendre vers le sud ». Pis c’est toujours comme ca : on change d’avis au gré des envies. Donc pour finir, je continue de « monter au nord » : direction Chiclayo, 4 heures de bus au dessus de Trujillo. Arrivée vers 11 heures du soir, pas d’hôtel réservé, bla-bla-bla, … Bref, comme toujours : la routine du routard J   

 

Ici, c’est le site de Sipan qui m’intéresse. Temple et surtout, tombe d’un roi Moche.

 

Je suis parfois « con » quand je m’y mets : suis content comme un gamin en prenant le bus local tout pourri pendant 1 bonne heure pour rejoindre le site … sur des routes de campagne tout aussi déglinguées.

 

 

Et quand je dis « tombe », c’est du pur Indiana Jones dans le texte … !!!

 

Celle du roi avec ses femmes, enfants et même … son chien !

 

5.Chiclayo Sipan 04

 

5.Chiclayo Sipan 05

 

 

 

 

Celles des fidèles guerriers qui ont accompagné son règne 

 

5.Chiclayo Sipan 01

 

5.Chiclayo Sipan 02

 

5.Chiclayo Sipan 03

 

 

 

Le site, truffé de tombes, surplombe la vallée héritière du réseau d’irrigation que les Moches ont bien voulu laisser comme témoin de leur passage ici bas.

 

5.Chiclayo Sipan 12

 

5.Chiclayo Sipan 08

 

5.Chiclayo Sipan 07

 

5.Chiclayo Sipan 10

 

 

 

 

 

Car les Andes sont à quelques encablures et nombreuses sont les rivières qui descendent des versants voisins vers le Pacifique …. Histoire de jouer les mères nourricières des vallées striant l’étroite bande de terre coincée entre les cimes et les abysses.       

 

 

 


Partager cet article
Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 04:05

 

Retour en train sur Cusco en cette fin de matinée. Histoire de gagner du temps : vols le lendemain (via Lima) pour Trujillo, sur la côte. Ba oui, c’est gentil la cordillère des Andes mais env. 20-25 heures de bus pour faire presque 1’000 kms (Cusco-Lima) alors que je souhaite encore faire 8-10 heures de plus pour monter jusqu'à Trujillo … ca commence à faire longuet !

 

Retour donc au niveau de la mer, après 3 semaines à plus de 2'000 mètres : fait du bien quand même …  Au programme, les ruines des environs. On commence par le Huaca de la Luna. Les visites se font obligatoirement en groupe, accompagné d’un guide (le site est fragile et les responsables ne veulent pas que le chaland mette les pieds là où il ne faut pas). Comme je suis français, je suis « censé parler espagnol ou tout du moins, le comprendre » => on me case avec un groupe de locaux, accompagné donc d’une guide hispanophone.    

 

Les fresques Moches (du nom d’un des peuples rivaux des incas qui vivait dans la région au nord de Cusco et non pas le qualificatif des fresques …)         

 

4.Trujillo 04 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 03 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 06 Huaca de la luna

 

 

 

 

Constituée de quelques millions de briques en adobe (mélange de terre séchée, paille et autres liants).


Afin d’éviter toute maladresse dans la facturation de leurs honoraires, les ouvriers ont fait appel au Poinçonneur des Lilas

 

4.Trujillo 07 Huaca de la luna

 

 

 

Le site est protégé par de grandes tentes afin de diminuer les ravages des pluies diluviennes qui peuvent s’abattre par ici.

 

4.Trujillo 08 Huaca de la luna

 

 

 

 

Riton : « Des pluies diluviennes par ici !?! T’as vu comme c’est sec … »

 

Effectivement, le climat sec de chez sec de la côte Ouest de l’Amérique latine est dû au courant maritime de Humboldt (froid, ce qui évite l’évaporation et donc la constitution de nuages chargés) mais il y a un petit enfant qui joue régulièrement avec le robinet et arrose les terres tel un Makenpis qui aurait trop forcé sur la bibine : El Nino ! En plus de raviner les versants des Andes, il déchaine ses foudres sur cette fine bande de terre et les sites historiques sont les premiers à en subir les conséquences.    

 

 

Riton : « Bravo les ouvriers … laisser de gros rainures au plein milieu des murs, c’est du joli : on dirait du préfabriqué ! »

 

4.Trujillo 18 Huaca de la luna

 

 

 

Mais non … Ces espaces étaient laissés volontairement, en prévention des séismes ». Riton : « Trop forts, ces Moches »  

 

 

Il y a en fait 2 Huacas (temples) sur le site : le Huaca del Sol (soleil) et celui de la Luna (pas besoin de traduction, ici) mais seul celui dédié à l’astre nocturne est visitable (l’autre est en trop mauvais état, en court de restauration et toujours soumis à d’implacables fouilles).

 

4.Trujillo 12 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 13 Huaca de la luna

 

 

 

La montagne sacrée, qui veille sur les 2 temples

 

4.Trujillo 20 Huaca de la luna

 

 

 

 

Et l’entrée principale, ornée de ses plus beaux apparats pour les cérémonies officielles et religieuses 

 

4.Trujillo 26 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 21 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 23 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 24 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 25 Huaca de la luna

 

 

 

 

 

 

La cathédrale de Trujillo répond au doux surnom de « poussin »

 

4.Trujillo 27

 

 

 

 

 

Et nous voici parti pour le site que je suis venu voir ici : quelqu’un m’avait glissé le tuyau au Sri-Lanka (après vérifications avec elle, il s’avère que ce n’était pas mon autrichienne) et j‘avais depuis lors sur mon téléphone le rappel « Pérou Chan-Chan » …

 

4.Trujillo 53 Chan-Chan

 

Chan = Soleil, en ancienne langue Moche

 

La plus grande citée au monde « connue » construite en pierre d’adobe. Seule une partie peut être actuellement visitée mais la ville, au temps de sa splendeur, accueillait environs 60'000 habitants à quelques mètres de l’océan.

 

C’est un dédalle de rues labyrinthiques qui s’entremêlent tels les spaghettis dans l’assiette de Riton (quand il est puni et qu’il n’a pas le droit de manger local) …

 

4.Trujillo 42 Chan-Chan

 

4.Trujillo 46 Chan-Chan

 

4.Trujillo 51 Chan-Chan

 

4.Trujillo 52 Chan-Chan

 

4.Trujillo 49 Chan-Chan

 

4.Trujillo 50 Chan-Chan

 

 

… qui mènent toutes plus ou moins à différentes places au sein de la citée

 

4.Trujillo 33 Chan-Chan

 

4.Trujillo 47 Chan-Chan

 

4.Trujillo 48 Chan-Chan

 

Riton : « Sympath, le groupe : on se rend bien compte de la taille des murs … surtout qu’ils ont déjà été rabotés par les pluies. Il y a fort longtemps, l’être humain aimait déjà bien mettre de grandes palissades entre lui et ses voisins … ca n’a pas changé aujourd’hui. Bref … »

 

Ou encore, qui mène au centre logistique : le réservoir d’eau

 

4.Trujillo 43 Chan-Chan

 

4.Trujillo 45 Chan-Chan

 

 

Riton : « Tu nous saoules, Olive … avec tes histoires d’irrigation »

 

Quelques décorations subsistent aujourd’hui encore

 

4.Trujillo 29 Chan-Chan

 

4.Trujillo 31 Chan-Chan

 

4.Trujillo 36 Chan-Chan

 

4.Trujillo 37 Chan-Chan

 

Riton : « Sympath les casiers pour ranger les bouteilles de pinard … En tous cas, ils n’oubliaient pas de taper dans la gourdasse, les Chimus, dis-donc … C’est beau (snif !) »

 

[ Oui car ici, ce sont les Chimus qui ont érigée leur capitale ]

 

 

4.Trujillo 38 Chan-Chan

 

4.Trujillo 41 Chan-Chan

 

 

 

 

 

 

Je suis juste un peu sur ma faim : je pensais que le site serait mieux conservé. Mais les affres du temps et des intempéries ont tant fait ...

 

 

 


Partager cet article
Repost0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 04:45

 

Arrivée par le train à Aguas Calientes (« eaux chaudes », dans le texte) … Le village aux pieds de la plus célèbre icône d’Amérique du Sud. Le, le … ? Riton : « Moi je sais-moi je sais : Le Picachu ? La Chupa chups ? »

 

« Tu vas finir au lit sans manger, toi … »

 

Aguas Calentes, c’est un peu le Culoz ou le Bellegarde du Pérou : tellement encastré qu’il n’y a plus de soleil direct dés 15h !

 

La place du village ! (« une référence à la 8 Mont blanc, Riton, et je te jure que ca va vraiment mal finir … »)

 

 

3.MachuPichu 93

 

3.MachuPichu 94

 

 

 

Le village enjambe le Rio Urubamba qui serpente entre les pics des alentours

 

3.MachuPichu 90

 

3.MachuPichu 91

 

3.MachuPichu 88

 

 

 

 

En ce dimanche 29 août, toute ma famille fête les 90 ans de ma grand-mère française à Douvaine … De mon coté, je fête aussi exactement mes 9 mois de route avec une des 7 nouvelles merveilles du monde : les ruines du Machu Picchu.

 

Riton : « A chacun ses ruines, en sommes … »

 

« Oulala … Je tiens à préciser que je ne cautionne absolument pas ces propos ! Je t’embrase fort, mémé  … Quant à toi, mon pauvre ami ………… »

 

 

 

US$ 54 pour les étrangers … a-bu-sé ! A titre de comparaison, le droit d’entrée pour les temples d’Angkor était de US$ 40 … valable 3 jours et pour un nombre élevé de sites. Le gouvernement se gave vraiment … Bref.

 

Je prends un des premiers bus matinaux pour monter sur le site (faut pas déconner : vais pas me taper presque 6kms d’une âpre montée au petit déjeuner). Et encore 9 dollars !

 

J’ai choisi la « formule offensive » avec droit d’accès au Mont Machu Picchu, celui qui donne son nom à la citée. Vu le nombre de personnes déjà présentes sur le site et compte tenu qu’il fait encore frais, je décide de me le faire tout de suite.  

 

Décalage horaire oblige (7 heures avec la France), au moment où ma famille et ma mémé passent à table, j’attaque donc l’ascension du mont Machu Picchu. On passe de 2'400 mètres (altitude de la citée) à plus de 3'100 : 700 mètres qui font mal aux jambes et qui trempent la culotte de Rion !

 

Ce qu’il y a de bien à cette heure-ci, c’est que tout le monde tire dans le même sens : les « Scheisse », « Puta madre » ou encore « Fait chier » fusent un peu partout tout au long du chemin. Une allemande me demande : « C’est encore loin ? ». « Ba tout comme toi, ma grande : aucune idée. Viel Spass ». La brume matinale nous empêchant de voir le sommet tant convoité … Et ce n’est pas plus mal, en fait.

 

Arrivée au sommet …

 

3.MachuPichu 10

 

3.MachuPichu 13

 

3.MachuPichu 16

 

 

 

… encore un peu brumeux, ma foi.

 

Peu à peu, le soleil fait le ménage et chasse les minons qui capitonnaient la vallée … Et le voila enfin !  

 

Vue imprenable sur le MACHU PICCHU ……

 

3.MachuPichu 46

 

3.MachuPichu 41

 

3.MachuPichu 35

 

3.MachuPichu 39

 

3.MachuPichu 27

 

3.MachuPichu 26

 

 

 

(Re)découvert seulement en 1911, les conquistadores sont passés à coté pendant des siècles. Riton : « Tu m’étonnes … t’as vu où il est perché ! Même en levant le nez depuis la vallée, comment peut-on soupçonner son existence ? »

 

Le panorama est à couper le souffle. Les versants voisins semblent aussi tranchants que des lames de rasoir

 

3.MachuPichu 32

 

3.MachuPichu 78

 

3.MachuPichu 45

 

 

L’heure du café sonne en France : après 1 bonne heure 30 tout au top, il est temps pour moi de redescendre « sur terre » et de replonger dans la foule.

 

Suis dans le sens de la descente et moi-même j’ai pas mal chaud. Je croise des personnes qui sont en pleine ascension à passé 11 heures ! Avec un soleil au zénith, je ne vous raconte pas les dégâts : un groupe de 7-8 jeunes recherchent désespérément de l’air et de l’ombre (ils sont quasiment cul-nu tellement ils ont enlevé leurs vêtements), ca sent le pâté au sein d’un couple (Madame n’étant plus d’humeur à saluer son prochain, le regard plein de reproches pour son mari quelques mètres devant), … Plus je descends, plus je ment : « Oh à partir de là, aussi bien ta-c-ti-quement que te-chni-quement, je dirais un bon ¼ d’heure-20 minutes … »

 

Atterrissage violent ! Alors que nous n’étions qu’une vingtaine en même temps au sommet du mont, ce sont des hordes de touristes assoiffés de culture qui arpentent les ruines … suivant aveuglement leur guide, telles des fourmis s’agglutinant autour de leur reine L

 

L’accès est limité à 2'500 visiteurs par jour. Toutefois, l’UNESCO préconisait dans un rapport un maximum de 500 visiteurs par jours. Au-delà, d’irrémédiables ravages pourraient à terme menacer le site ... Prenons une moyenne de 2'000 par jours, 365 jours par an … ca fait presque 40 millions de dollars de recettes tout de même ! Un cout d’exploitation de l’ordre de quelques millions (entretiens, personnel, sécurité, promotion, …), ca laisse une belle marge …

 

Ancrée ici depuis le 15ieme siècle - alors qu’en Europe ce gros cochon de Gutenberg réussissait pour la première fois à ne pas se mettre plein d’encre sur les mains - la citée sacrée s’étend sur plus de 32 hectares (zone agricole comprise). 

 

3.MachuPichu 64

 

3.MachuPichu 81

 

 

 

Je retrouve ici avec délice les cultures en terrasse qui avaient terrassé la carte mémoire de mon appareil photos aux Philippines 

 

3.MachuPichu 62

 

3.MachuPichu 63

 

3.MachuPichu 67

 

 

 

Plus de 170 bâtiments ornent le site … aussi bien religieux que protocolaires (à priori, aucun n’est militaire)

 

3.MachuPichu 66

 

3.MachuPichu 68

 

3.MachuPichu 69

 

3.MachuPichu 75

 

3.MachuPichu 76

 

3.MachuPichu 82

 

3.MachuPichu 83

 

 

 

 

On est vraiment dans ce que l’on appelle : « l’industrie touristique » … Production de masse même, en flux tendu … Pas étonnant que la Machu Picchu ait été élue l’une des 7 nouvelles merveilles du monde (vote d’internautes en 2007). Vous voteriez quoi vous aujourd’hui si on vous demandait votre avis ? Ba forcement, un site que vous avez déjà vu … Donc les 7 nouvelles merveilles du monde sont en fait les 7 les plus visitées. CQFD. Plus d’infos sur les 6 autres : cliquez sur ce lien.

 

 

Riton : « Certes on ne voit pas très bien mais ce matin, nous étions exactement tout en haut du mont Machu Picchu … qui tutoie les nuages sur cette photo. oui Madame ... »

 

3.MachuPichu 73

 

 

 

Même si nous avons « la tête dans les nuages », je garde « les pieds sur terres » et j’en reviens toujours à Mon sujet marronnier, Mon serpent de mer, … Le sujet qui m’interpelle systématiquement quand je visite de tels sites : « Mais vinzou comment faisaient-ils pour leur eau potable ?!? ». Aujourd’hui, nous n’avons qu’à tourner le robinet ou pour moi depuis 9 mois, déranger la roupillante tenancière d’une superette pour obtenir le précieux sésame, mais eux ? Faut pas me dire que la Lyonnaise tirait déjà des canalisations jusqu’ici … ou qu’un chauffeur bedonnant promenait sur ces cimes sa semi-remorque d’Evian 2 fois par semaine … !?!    

 

L’optimisation de la récupération des eaux de pluie me laisse pantois : récolteurs, canalisations sous-terraine, réservoirs, évacuation des eaux usées … Cela me fait dire que décidément, cette fripouille d’être humain est capable de merveilles pour s’adapter à son environnement. Il a su le faire hier, il le fait aujourd’hui, donc il réussira bien à le faire demain … même avec 10 milliards de personnes sur cette terre.  

 

Riton : « De toutes façons Olive, t’es un indécrottable optimiste des qu’on parle du genre humain, alors … »

 

 

Même si je suis un expert pour « rentrer dans ma bulle », j’en ai un peu marre après 2 heures de bousculades, marchages sur les pieds et autres « vas-y que j’te pousse pour prendre la photo du siècle » … Il est temps pour moi de redescendre via la piste que je n’ai pas empruntée ce matin … Et heureusement, d’ailleurs : elle finit de me défoncer les jambes ! Mais quel bonheur d’arpenter ce flanc sacré seul … alors qu’une queue de plus de 100 mètres attend le bus en haut !  

 

Un dernier joli panorama sur des terrasses plus basses …

 

3.MachuPichu 86

 

3.MachuPichu 84

 

 

… et je rejoins le musée et le jardin botanique tout en bas. Mais concernant le jardin botanique, pas d’histoire inénarrable à raconter. Riton : « Z’êtes marrants vous : je vous mets au défi de vous souvenir du nom des fleurs/arbres à la sortie d’un tel jardin. Y’en a tellement … et les noms sont tous à coucher dehors, alors … »

 

 

 

Il est lundi et ici aussi, Clo-clo ne le passera pas au soleil : il pleut L. J’ai les jambes en compotes (le devant des cuisses et l’arrière des mollets en feu : la descente est des fois plus rude que la montée). Je croise Desmond et Paul qui ont eu la malchance de choisir ce jour pour leur visite du Machu Picchu (sont trempés, les gaillards).

 

Mais qu’importe … Comment pourrions-nous « mouiller » nos visages encore plus alors que nous sommes tout simplement aux pieds d’une des plus fascinantes réalisations de l’humanité ?   

 

Riton : « Souffle sur les nuages superflus de ta vie et tu verras l’essentiel … »

 

Je ne sais pas ce que vous en pensez … mais moi, je le préfère en fin d’article, le Riton … J

 

 

 

Partager cet article
Repost0