Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 07:48
 
Retour donc, moins de 24 heures après, à la station du bus de Savannakhet pour le premier bus pour Pakse, « la porte du Sud », comme on dit par ici …. Fais quand même un peu « frisquette » ce matin.
Je retrouve mon ambiance favorite des bus locaux. Même plein à ras bord, on s’arrête partout pour encore prendre du monde (les dernières places sont occupées par des sièges en plastique au milieu de l’allée). A chaque gros village, des myriades de jeunes - et moins jeunes - demoiselles traversent le bus pour vendre tout plein de bonne choses à manger (brochettes de viande, fruits coupés, boissons, cacahuètes (!), …). Le boy du bus, qui encaisse les billets et s’occupe de placer tout le monde en aidant chacun à charger ses paquetages et bagages, est le coq de ces préalables : il orchestre d’une main de maitre le petit manège et s’assure que tout le monde est bien redescendu avant que le chauffeur - le vrai big boss du bus – ne reparte. Des poules prennent même places au fonds, juste à coté des moines bouddhistes (de vraies poules, hein … J).
Au bout de quelques heures, le soleil commence à taper fort sur la carlingue de notre zingue si bien que les 3 hollandaises et les 4 canadien(ne)s qui me regardaient bizarre et hagards à la gare routière se demandent si je n’avais pas raison : mettre short/t-shirt des 6 heures du matin …… (de toutes manières, je suis toujours comme ca, alors …).
Pas vraiment possible de finir sa nuit : ca chahute et rigole d’un coté, ca secoue de l’autre et ma voisine jette une fois sur deux ses pluches de cacahuète sur mes pieds …… mais bon : depuis quand je fini une journée sans les pieds crades, moi … ? « T’as qu’à mettre des baskets ! », tenta Riton. « Ba voyons : et pourquoi pas des escarpins comme à Corso Como, pendant qu’on y est ? ». J
 
Pakse nous ouvre donc les bras et ce n’est pas de refus tellement son accueil est chaleureux : petite guest-house où les chants des oiseaux tropicaux pleuvent comme une mousson de sons et me donne des frissons, bien plus qu’un saucisson de canasson … (!)
 
« Le pont français » enjambe une rivière qui vient grossir les rangs du roi Mékong …
6.Pakse 04
 
 6.Pakse 03
 
… tandis que les berges de ce dernier sont remplies de petits restaurants qui se bondent au coucher du soleil …
 
6.Pakse 05
 
 
 6.Pakse 07
 
 6.Pakse 08
 
 
La rue qui longe le Mékong est truffées de panneaux jaunes, quasiment tous identiques, indiquant les restaurants de part et d’autre de celle-ci : l’unique sponsor étant la bière Lao. On se croirait dans le dernier kilomètre d’une étape du tour de France tellement ils s’enchainent les uns après les autres. L’un d’entre eux attire particulièrement l’attention de Riton :
 
6.Pakse 09
 « ah ba Olive, je vois que tu as déjà des investissements par ici … bravo ! »
Petite explication : « OAY » était mes initiales internes au boulot … Quel imbécile, celui-là J
 
En tous cas, c’est par ici qu’on se fera les plus beaux couchers de soleil du coin
6.Pakse 13
 
 6.Pakse 12
 
 
 
En route pour le Bolaven Plateau, situé sur les hauteurs de Pakse. Altitude max, 1'500 mètres … ! C’est vrai qu’on se les gèle ici, pire que dans la Yaute : le thermomètre explose difficilement la barre des 30 degrés avant 11 heures du matin … J.
Haut lieu de la culture du café, les plantations sont toutefois moins régulières et spectaculaires que celles des théiers 
6.Pakse 19
 
 6.Pakse 15
  
Riton : « Pffffu forcément, c’étaient des français qui étaient ici … pas les anglais méticuleux et fiers de leurs vertes pelouses comme celles recouvrant les hauteurs du Sri-Lanka … »
 
Un petit coin paumé de chez paumé où je peux prendre un peu de temps pour moi …
6.Pakse 18
 
… et où le vent siffle au travers de milliers d’aiguilles
6.Pakse 17
 
 
 
Sur le retour, le bruit d’une cascade chante à mes oreilles une douce mélodie qui m’attire irrémédiablement vers elle
Les hauteurs …
6.Pakse 20
 
 6.Pakse 21
 
 … avant, 100 mètres plus bas, le bruit fracassant des milliers de litres d’eau qui se déversent inlassablement chaque seconde
 
6.Pakse 23
 
 
 6.Pakse 24
 
 
6.Pakse 28 
 6.Pakse 34
 
 

 
 
 
Riton : « Dis-donc, t’aurais pas un problème avec les chutes d’eau toi ? A chaque fois, faut que tu y ailles de petites photos et maintenant une vidéo … ! A la prochaine, tu fais quoi ? Tu fais livrer une bouteille remplie à chaque personne qui regardera la video ? »
« Regarde la chute, essaie d’isoler une goutte d’eau et de la suivre du haut jusqu’en bas … N’as-tu as l’impression que le rythme ralenti ? Que tout devient plus calme tout d’un coup ? Comme si chaque goutte était unique dans ce flot incessant, tellement unique que tu peux l’observer, la disséquer sous toutes coutures et décider si elles te plait ou pas … puis passer à une autre si le cœur t’en dit ».
« Ah ouais … c’est dingue ! »
« Bravo mon grand … maintenant transpose ca au flot incessant des pensées qui traversent ton esprit tous les jours et tu me diras ce que t’en penses J ».
 
 
Retour en plaine, à Pakse, pour le coucher de soleil sur le Mékong … Ca cogne tellement fort ici que depuis quelques jours, j’ai retrouvé mon « bronzage cycliste » : une ligne Maginot au milieu de chaque biceps … C’est parfait pour passer la ligne d’arrivée devant « mon » restaurant J.
 
 
 
Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 16:23

 

Petit bus de nuit, avec couchette s’il vous plait ….

5.Savannakhet 1 

  5.Savannakhet 2

 

  

… pour rejoindre la ville du centre du Laos, Savannakhet. C’est facile au Laos, il a n’y qu’une route Nord-Sud : elle longe le Mékong et la frontière thaï pendant un bout de chemin. Pour le reste, il ne s’agit de gros axes reliant le Vietnam pour aller d’Ouest en Est, ou vice-et-versa.

Il est 6 heures du matin quand mon ami le tuk-tuk me dépose devant une guest-house : « c’est 24h la chambre chez nous, pas une de plus …. » Ce qui veut dire, en gros, que le zozo veut me faire payer la nuit actuelle et que si je veux partir un de ces prochains jours vers 7 ou 8 heures du mat, il faudra que je paye une nuit supplémentaire ou tout du moins un supplément ! Super …

 

Le but affiché étant de faire un trek de quelques jours au milieu du parc naturel de Dong Phu Vieng, on ne traine pas trop avec Riton et après une petite sieste, on part secouer quelques cocotiers vers midi … Malheureusement, c’est morte plaine ici et il n’y a aucun touriste sur liste d’attente. Les prix s’élevant à plus de EUR 300 pour un trek individuel de 3 jours, il est hors de question d’entrer en matière … ce que le guide acquiesce en silence : lui non plus n’a visiblement pas envie de se faire chier pour un seul pélot …

 

Bon ba voila … « pomme po-do-bomme … » …….. qué passa maintenant ? La ville n’a rien à offrir, les alentours peuvent être sympath mais c’est minimum 2 heures « aller » de scooter et il est trop tard pour aujourd’hui …

 

On va donc la jouer profil bas, faire la nuit payée et partir avant 6 heures du mat demain pour la station d’autobus.

 

 

Bon ba il fallait bien que ca arrive un jour ….. le coup pour rien ! Mais ce n’est pas grave car l’étape était sur notre route …. donc « andiamo » plus au Sud J

 

 

Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 11:41

 

Vientiane, la capitale du Laos, est jointe en quelques heures de bus local. Les 4 jeunes villageois qu’on a pris le long du trajet trahissent, malgré eux, une vérité universelle : l’homosexualité est plus facile à vivre dans les grandes villes que dans les campagnes reculées. A peine montés, ils se ruent au font du bus et se (re)mettent du vernis à ongle ….. probablement après un court séjour en famille où il a fallu « donner le change ».

 

Vientiane, donc  …… bordée elle aussi du Mékong et faisant face, sur l’autre rive, à la Thaïlande voisine. La ville n’est pas gigantesque, à l’image du pays, mais présente toutes les similitudes des grandes capitales : quelques longues avenues, de somptueuses ambassades, un quartier latin, les berges de la Seine où Vientiane Plage tarde à s’installer, …

4.Vientiane 01

 

Ici, la rue appelée pompeusement « Les Champs Elysées de l’Asie du sud-est », avec son Arc de Triomphe tout au bout.

 

Un temple, à l’architecture presque japonaise pour une fois …

4.Vientiane 07

 

 

 4.Vientiane 09

 

 

…. où, même si on s’occupe ici de nourriture spirituelle, il ne faut pas en oublier l’autre

4.Vientiane 08

  

Riton : « De dieu l’barbecue …. C’est Philippe ou Jean-Luc qui l’a installé ? »

 

On dirait même que c’est André Pousse …..

 

dede-copie-1 

 

 

… qui a posé pour les statues de bonzes

 

4.Vientiane 12     

 Numéros 2 et 3 en partant de la droite

 

 

4.Vientiane 13

 

« houuuu …. J’vais dire une bonne chose, mon p’tit Riton : j’en ai vue des zigottos comme toi passer par ici … et j’les ai tous refroidis-ratatinés-ramollis ….. donc fait bien gaffe a ce que tu dis !»

 

Une grosse cloche ….

    4.Vientiane 15

  Riton : « Ba quand on parle des frangins Favre (Philippe et Jean-Luc), enfin ils montrent l’bout du nez …. J »

« Tu vas pas que te faire des amis pendant ton voyage, mon vieux … »

 

 

….. avant une vue superbe sur « l’Arc » local

 

4.Vientiane 19

 

« C’est là que le chevalier Delanoë a tenu sa Table Ronde ? »

« Double raté, mon pauvre : d’une, c’est Ivanhoé ….. et deux, tu vas me reprendre tes devoirs de vacances de Géo vite-fait ! »

               

 

L’Arc  de triomphe local, donc …

 

4.Vientiane 22

 

 

…. où les dorures sont toutefois plus locales …..

 

4.Vientiane 30     

 

 4.Vientiane 28

 

  

…. et la vue sympath

 

4.Vientiane 35

 

 

 4.Vientiane 31

 

« C’est là que le PSG local vient fêter ses titres ? »

« Peut-être …. Mais en tous cas, jeune Riton : dans la vie comme dans le boulot, il faut savoir prendre de la hauteur par rapport aux événements : profite ! »

 

Sinon, le Laos semble être une terre promise pour les voyageurs israéliens : déjà une quinzaine que je croise en 2 semaines …….. très peu de russes, pour une fois.

 

 

Rien ne se perd ici : même les ronds points valent le détour ….

 

4.Vientiane 37

 

 

 ….. et si vous avez de vieilles racines dans le jardins, ne les brulez pas une fois sèches

 

4.Vientiane 42

 

 4.Vientiane 43

 

 

 

Après une petite heure de lutte acharnée entre la route et mon scooter, nous arrivons au Bouddha Park. Le site est évasé et les statues/temples ….. farfelus !

 

4.Vientiane 46

 

Ici, un temple sur 3 étages, chacun d’eu représentant le ciel, la terre et l’enfer

 

On accède par l’entrée …

4.Vientiane 66 

  

…. Les couloirs sont étroits et le plafond caresse mes cheveux ….

4.Vientiane 47 

 

… et les « chambres » sont très sombres.

 

4.Vientiane 57

 

 

 4.Vientiane 50

 

 

 4.Vientiane 58

 

  

Le sommet offre une vue imprenable sur le parc ….

 

4.Vientiane 56

 

 4.Vientiane 55

 

     

 

Le parc regorge, donc, de statues improbables …. mélange des cultures bouddhiste et hindouiste voulu par son concepteur dans les années 50.

     

4.Vientiane 70

 

 4.Vientiane 73

 

4.Vientiane 75 

 

 4.Vientiane 77

 

4.Vientiane 78 

 

 4.Vientiane 79

 

 4.Vientiane 87

 

 

  

 

 

 

 

Nous sommes quand même bien de retour dans une « grosse » ville, qui plus est juste en face de la Thaïlande. Les tuk-tuk et les belles de nuit reprennent leurs valses incessantes, les premiers ne cherchant pas à vendre une course mais plutôt « toute substance médicinale qu’il te faut, mon ami », les secondes s’agaçant de me savoir au Laos depuis 2 semaines déjà (la majorité des touristes ici arrivent par Vientiane - avion ou via la Thaïlande – et elles se disent que ce sont, normalement, des pigeons tout frais …). Mais mon attitude commence à changer avec eux : en fait, je me marre et ne refuse jamais une « pseudo discussion » ….. ils véhiculent aussi une certaine image de l’Asie du sud-est J.

 

 

 

« La ville, c’est sympath ….. mais maintenant direction plein sud pour retrouver un peu de cette nature sauvage qui fait le mythe du Larzac …. Heuuuu sorry : du Laos. »

 

« C’est ca que j’aime chez toi, mon bon Riton : tu sais recentrer les débats ….. de temps en temps J »

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 14:59
 
Avec plus de six heures sur une route dont la société Vinci n’assumerait certainement pas la paternité, le trajet en bus entre Luang Prabang et Vang Vieng est certes tortueux et pénible mais que de pépites pétillantes plébiscitées par mes pupilles ….. ! Me souviens que le Laos a des ressources en termes de nature et paysages qui font du Tourisme Vert la seconde ressource de devises du pays depuis quelques années déjà : les touristes viennent ici pour ca et ne veulent surtout pas que cela change …… Les mentalités locales commencent à en prendre conscience …. tout doucement. Des versants entiers sont toutefois encore surexploités et pelés comme des oranges amères ….. gout qui traine encore au font de ma gorge …..
 
Vang Vieng, donc ….. la fameuse. Pour ceux qui ont vu le reportage de Zone Interdite sur M6 l’été dernier, pas de surprise. Pour les autres : nouveau haut lieu de la débauche postindustrielle, passage obligé des routards sud-asiatiques et rite initiatique impératif (le tubing). Mais autant vous prévenir tout de suite, comme d’hab avec les reportages M6 : sur-joués !
   
La ville n’a rien de spécial en elle : 2 rues principales parallèles, quelques temples et une multitude de bars qui s’enchainent avec agences de voyages organisant des tours ici et là et des guest-houses proposant un toit aux touristes …… Non, le secret est ailleurs, autour de la ville …..
 
Les falaises de calcaires sont ciselées par les pluies diluviennes qui, pendant presque 6 mois par an, « abattent le bras d’une terrible colère, d’une vengeance furieuse et effrayante sur ces hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu » … Ces montagnes seraient habitées par des esprits pas toujours bienveillants. (Riton : « 1 point de bonus supplémentaire pour celui ou celle qui trouvera la référence J »)
 
3.VangVieng 02
 
Vue de ma chambre … oui je sais, peux mieux faire …. J
 
3.VangVieng 27
 
 3.VangVieng 35
 3.VangVieng 44
 
  
 
Les scooters sont les plus fidèles VRP des routes locales défoncées : ils subissent tous les jours les conséquences de ces méandres chaotiques et même les carlingues des nouveaux modèles trahissent une usure prématurée après seulement quelques centaines de kilomètres. Les miens (« les », car j’en lessiverai 2 dans la même journée !) n’échappent pas à la règle : le 1er aura des pb électriques, suite aux vibrations incessantes, et ne voudra plus s’éteindre (pratique pour s’arrêter ici ou là …), le 2nd n’aura pas de ralenti ni de frein arrière …. Riton : « heuuuu …. on fait comment là, en pleine descente et en roue libre, puisqu’on a calé ? ». « Ba on se converti illico au Bouddhisme et on prie pour que la poule et la petite fille de 2 ans se tirent vite fait du milieu de la route … !!! ». Dans tous les villages du coin, il y a 2 monuments incontournables où tous les gens se retrouvent et se rassemblent : 1. le temple et 2. l’atelier de mécanique …
« Le Dakar ? Des fiottes, oui …. !!! ». « Du calme, Riton ….. du calme : avec cette chaleur, tu décabanes un peu trop vite, il me semble. »
 
 
Il y a aussi de nombreuses grottes à visiter …… sinueuses, étroites, humides et tièdes ….
3.VangVieng 14
 
 3.VangVieng 09
 
 
3.VangVieng 08 
  
…. à se croire plongés 20'000 lieus sous les mers …..
3.VangVieng 15
 
 3.VangVieng 20
 
3.VangVieng 22 
    
 
….. avec ses habitants scrutant le moindre de nos gestes dans un silence et un noir des plus absolus
3.VangVieng 16 
 
Au bout de la grotte, l’une des 2 guides qui m’accompagnent me dit : 
-          « Tu peux nager pendant une minutes ou deux sur la droite, là, avec l’aide de la bouée …. Faut juste un peu baisser la tête mais il y a un joli coin à voir … »
 
3.VangVieng 06
 
 
-          « Heuuuuuu …. Et tu ne viens pas avec moi ? »
-          « Ah non, je ne suis pas habillée pour. Mais vas-y, on t’attend »
-          (merci pour l’argument). « Ba moi non plus, en fait, je n’ai pas mon maillot de bain : une prochaine fois, peut-être …. »
 
Elle est marteau, elle … !!!! A plus de 150 mètres de l’entrée de la grotte, avec 400 mètres de roches sur nos têtes, vouloir m’envoyer seul sur un bout de chambre à air, au travers de ce boyau encastré, où l’eau, l’air et le plafond irrégulier semblent ne faire plus qu’un au fur et à mesure que l’on avance lentement et péniblement. Me contorsionner pendant d’interminables minutes le long de ce cercueil trop étroit, en croisant je ne sais quel rat fuyant le lieu que je souhaite rejoindre, alors que mon esprit s’enfoncerait dans une profonde paranoïa en cherchant à savoir si je touche bientôt au but ou si je n’ai pas emprunté par erreur la veinule de droite « qu’il ne faut surtout pas prendre ». Pour, peut-être, réussir enfin à m’extirper et atteindre un cul-de-sac d’à peine 3 mètres cubes, où se côtoieraient les ténèbres les plus profondes et le silence le plus inquiétant ….. et où à coup sûr, après avoir toussoté, suffoqué et asphyxié, ma lampe de poche aurait agonisé immanquablement au plus mauvais des moments ... m’abandonnant seul, avec je ne sais quelle araignée albinos géante ou serpent aveugle se tortillant ca et là ……
« Riton ? Un avis éclairé pour une fois …. ? ….. Ba il est où celui-là ? ». Déjà fait ½ tour ……
 
 
Sinon, la proprio de ma guest-house m’a à la bonne : pour une fois que dans son établissement « 1ers prix » elle n’a pas un zouzou qui rentre bourré tous les soirs, elle tient à le bichonner : et vas-y que je te paye un second petit déj avec elle et son employée, et vas-y par ici la ristourne sur le prix de la chambre déjà bien bas, … Une vraie mère poule : à chaque foi que je la croise - et que je lui paye ma nuit prochaine, bien sûr - elle me refile une friandise ou quelque chose à boire …
A l’heure de l’apéro, on fait les zouzous devant la webcam avec les petits du resto d’à coté ….
3.VangVieng 68
 
 
 
Voila, je crois1) que tout est dit sur Vang Vieng ….. what’s next ? Ah si : j’ai beau être à moitié français, quand 2 coqs de basse-cours voisines se tirent la bourre « à qui est le plus beau » dès 4 heures 30 du matin sous mes fenêtres, j’ai soudain des envies d’un bon KFC, tout d’un coup !
 
 
Riton : « arrête de faire languir Cheval, Jno et le Baron ……  ils n’attendent que ca ! Vas-y : disi ce qu’il se passe ici ! ».  
Bon ok …… Alors on est allé faire un petit tour sur le spot de tubing, où des établissements respectables et de tout premier ordre s’enchainent le long de la rivière. L’ambiance est bon-enfant, on barbotte ici et là, au gré du courant et au doux son de l’accordéon qui rythme ces après-midis bucoliques.
3.VangVieng 50
 
 3.VangVieng 54
 
Le maitre nageur veille à tout ce petit monde, quand même …..
 
Un petit terrain de volley pour un peu de sport … c’est ca qui veulent les d’jeunes aujourd’hui
3.VangVieng 58
  Je laisse les esprits les plus tortueux deviner comment se déroule un match féminin sur ce genre de terrain …
 
Et quelques jeux aquatiques, « pour faire rigoler le touriste alors hein ! » (Copyright : Georges Van Bruggel, des Editions du Plat Pays)
 

 
 
 

 
 
    
 
Voila, rien de bien méchant en tous cas … Bien que l’expression préférée de McBugne, « boire des bidons », prenne tout son sens ici …. Pour tout dire, j’ai plus été « embêté » par des revendeurs de substances illicites à Luang Prabang qu’à Vang Vieng ! => Le monde (de Riton) à l’envers, en somme ….
 
Riton : « Et comment t’es rentré l’autre soir, à 4 pattes après avoir couru après 2 italiennes complètement beurrées  ….. t’en parles pas de ca ? ».
« Mais tu vas te taire, oui ! Y’a la maman qui lit ces lignes …… Pis comme je dis toujours : « tout ce qui se passe à Vang Vieng, reste à Phuket » … non mais ! ….. Hey, mais nous ne sommes pas sur une ligne sécurisée !?! Heuuuu : je ne vous connais pas, jeune raton-laveur …. Je ne vois pas du tout de quoi vous voulez parler …. Il s’agit d’une erreur, vous vous trompez de personne ….. Au revoir …. Heu non : « adieu » ….. tuuut … tuuut … tuuut …. ». 
J
 
1)       : spéciale dédicace à la maman …. J. Ba oui : à chaque fois que je conjugue mal ce verbe, j’ai droit à un mail de récriminations ….. Que voulez-vous : jamais été bon en ortho, moi …..
 
 
Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 15:31

 

Pfuuuuu ….. que dire de cette jolie petite ville ? Riton ….. ? « Je dirais ….. Messieurs, si vous avez des points de retard auprès de votre Dame, ba mettez Luang Prabang sur votre itinéraire : c’est goal assuré ! »

Effectivement, la ville, en plus d’être l’ancienne capitale royale du Laos, offre de multiples rues sympathiques et étroites, gorgées de petits restaurants ca et là interrompus par moult wine-bars et bars tout court avec terrasses ombragées par une végétation plus que centenaire.

 

2.LuangPrabang 93

 

 Ma petite rue bien calme, pour ces quelques jours a Luang Prabang

 

 

 

Les tuk-tuk paraissent pour une fois sympathiques

 

2.LuangPrabang 119

 

 

 

Dans une autre rue, se juxtaposent :

 une maison style « hôtel de la poste » …..

2.LuangPrabang 48

 

 

 

…. une maison plutôt coloniale …..

 

2.LuangPrabang 49

 

 

 

….. et une plus typique.

 

2.LuangPrabang 50

 

 

 

 

 

Le Mékong et la rivière Nam Khane s’étant donnés rdv ici, l’extrémité Est de la vieille ville est le témoin quotidien et privilégié de cette idylle hydraulique.

 

2.LuangPrabang 06

 

 

 

La saison sèche permet de contempler les contours du lit du Mékong qui irriguent les berges de ses précieux sédiments : comme tous les grands fleuves du monde, celui-ci est d’une importance capitale pour les populations qui le bordent.

 

2.LuangPrabang 10

 

 

 

 

Fleuve sacré, il permet aussi aux pauvres pécheurs de naviguer jusqu’aux voies de la rédemption

  

2.LuangPrabang 16

 

  Ici, un pauvre pécheur scrutant 6 moines ralliant, peut-être, les berges de la Terre Promise

 

 

 

 

2.LuangPrabang 106

 

En saison sèche, le camping sauvage ca devient vraiment n’importe quoi …..

 

     

Forcement, le Laos n’ayant pas d’accès à la mère, les plages sont là où elles peuvent

2.LuangPrabang 115

 

 

 2.LuangPrabang 116

 

 

 

 

Les temples royaux déploient toutes leurs magnificences …..

 

2.LuangPrabang 51

 

 

…. et leurs grains subtils

 

2.LuangPrabang 33

 

 

 2.LuangPrabang 34

 

 2.LuangPrabang 35

 

 2.LuangPrabang 36

 

 2.LuangPrabang 37

 

 

 

 

Des statues, mi-guerriers, mi-dieux ……

 

2.LuangPrabang 22

 

 

….. sont à l’abris de grosses fenêtres roulantes et rassurantes

 

2.LuangPrabang 20

 

 2.LuangPrabang 19

 

Riton : « ah c’est du bon boulot, pas à redire …. sûr que ce ne sont pas Damien et Claude qui les ont posées ces fenêtres » J

 

 

D’autres temples se cachent au milieu de la ville

 

2.LuangPrabang 42

 

 2.LuangPrabang 43

 

« On dirait l’écusson du FC Liverpool qui trône a l’entrée d’Anfield Road et qu’on a vu le printemps dernier ! ». « pfuuuu …. toi et le foot, Riton : faut vraiment que tu consultes ….. »

 

     

Sur les hauteurs, des statues nous rappellent que nous sommes en pays bouddhiste

 

2.LuangPrabang 89

 

2.LuangPrabang 75 

 

 2.LuangPrabang 86

 

 

 

      

Jonchés sur un scooter, nous joignons à 25 kms plus au sud des chutes parmi les plus célèbres du Laos, à la fin d’une route et d’un village dont le nom m’a échappé. Personne sur la route (coooool) jusqu’à notre arrivée (parking plein à craquer : moins coooool L). Un centre de soin pour ours ……

 

2.LuangPrabang 123 

 

   

…. avant que la réputation des chutes ne s’impose d’elle-même !

 

 

2.LuangPrabang 135

 

2.LuangPrabang 148 

 

2.LuangPrabang 206 

 

2.LuangPrabang 208 

 

2.LuangPrabang 210 

 

2.LuangPrabang 211 

 

2.LuangPrabang 212 

 

  

On dirait qu’au beau milieu d’une rizière, le préposé au robinet s’est oublié à la sieste.

 

 

 

Tellement belles, que même Vador semble en avoir oublié son casque ……

 

2.LuangPrabang 165

 

 

 2.LuangPrabang 175

 

« Moi j’aurais plutôt dit que c’est Caliméro qui a perdu sa coquille …. »

 

 

 

Tout en haut, c’est : « la sécurité avant tout …. »

 

2.LuangPrabang 174

 

 2.LuangPrabang 180

 

 2.LuangPrabang 184

 

 

 

La rivière sillonne au travers du plateau qui s’ouvre sur le parc naturel

 

2.LuangPrabang 198

 

 

2.LuangPrabang 194 

 « pfuuu … comment veux-tu que Jojo Le Cerveau arrive à tirer une planche droite là dedans …. ?!? »

 

     

L’autre flanc de la cascade est tout aussi impressionnant et envoutant ….

 

2.LuangPrabang 202

 

 

2.LuangPrabang 203 

 

  

…. et cette fois-ci, on a l’impression que c’est un lion qui s’est invité au spectacle

 

2.LuangPrabang 204

 

 2.LuangPrabang 205

 

 

  

Sur le retour, les rayons du soleil plongent sur une vraie rizière cette fois-ci …..

 

2.LuangPrabang 213

 

 

…. avant qu’un local ne pose fièrement devant l’objectif de Riton

 

2.LuangPrabang 214

 

 

  

 

     

Riton : « Dis-donc ? Pourquoi t’as pas parlé de la fameuse saucisse de porc de Luang Prabang, hein …. ? Tu les as englouties goulument presque tous les matins au petit déj en gémissant de plaisir. « Vinzou, on dirait des diots de Haute-Savoie ! » - que tu répétais inlassablement au serveur qui te dévisageait de ses yeux désolés et remplis d’incompréhension …. ».

« Chuuuuut-heuuuu …. ! Guillaume arrive dans un mois : je vais me plaindre qu’il me faut ABSOLUMENT un bon saucisson de chez nous ». J 

 

Partager cet article
Repost0