Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:05

 

Ce n‘est pas le petit déjeuner qui est mal passé ce matin, ni la nuit (un peu) mouvementée, qui font que j’ai un peu la boule au ventre. Aujourd’hui, on va sur 2 sites qui malheureusement resteront particulièrement ancrés dans l’histoire du Cambodge pendant encore de nombreuses décennies :

1.       la prison politique le plus célèbre du pays (« S21 », une ancienne école en plein centre ville « reconvertie » dés la prise de pouvoir des Khmers Rouges en 1975) et

2.       le centre d’extermination (désolé pour le terme mais il n’y a pas d’autre terme, justement …) à 15 km du centre.

 

Le parcours des « interpellés » était très simple à l’époque : 1, la prison (pour extirper n’importe quel aveu à coup de torture en tout genre) et 2, le centre pour effacer toute trace … y compris bébés et enfants en bas âge accompagnant leur mère. Avec cette terrible phrase du responsable du site de l’époque : « Les enfants ? D’une, ils ne nous sont d’aucune utilité et de deux, ils pourraient nous en vouloir un jour. » ………

 

On débute par le centre de Choeung Ek, où trône à l’entrée un monument commémoratif avec plus de 8'000 crânes retrouvés lors de fouilles investiguées en 1980.

2.PhnomPenh 01 

 

Autant vous le dire tout de suite, c’est la seule photo des 2 sites qui sera publiée sur ce blog … pour 2 raisons :

1.       c’est la seule que j’ai prise

2.       par respect pour les dizaines de milliers de défunts qui ont souffert ici

(ce n’est pas parce que je veuille effacer de ma mémoire ce qui s’est passé dans ce pays pendant ces sombres années mais je me sens mal à l’aise à l’idée de jouer au touriste qui « mitraille » tout ce qu’il voit dans de tels lieux)

 

De nombreuses fosses se juxtaposent les unes aux autres, dans un méticuleux et méthodique souci de rentabilité et d’efficacité : les personnes déportées dans ce centre n’y restaient pas plus de quelques heures …  

Je me sens comme soudainement (re)plongé dans les atrocités hitlériennes et staliniennes contemporaines à mes grands-parents … mais à mon époque (putain, j’étais né lors de cette folie Khmer Rouge !).

 

 

La prison « S21 » est un enchainement de salles de classe reconverties en salles d’interrogatoire, munies uniquement de lits métalliques … afin d’assurer une bonne conductivité du courant électrique utilisé lors des séances. Les cellules sont des cages à lapins insalubres. Les clôtures extérieures sont barbelées et électrifiées mais pas très hautes, histoire de bien faire comprendre au reste de la ville ce qui se passent ici et ainsi, d’accroitre la terreur.

Comme leurs prédécesseurs nazis, les Khmers Rouges identifiaient, répertoriaient, photographiaient les pensionnaires avec soin et précision : les photos d’archives s’enchainent dans de grandes salles avec des visages de Monsieur - Madame « Tout le monde ». Il me semble que ces visages ont tous cette double expression : incompréhension des raisons de leur détention et résignation quant au sort qui leur sera réservé. 

 

Voici aussi peut-être pourquoi aujourd’hui le dollar est roi au Cambodge et que tout le monde l’accepte comme monnaie d’usage : les gens cherchent peut-être vraiment expier cette période de communisme pur et dur. D’autant plus qu’il leur ait difficile aujourd’hui encore d’en parler ouvertement : même si ces 2 sites sont parmi les plus visités de Phnom Penh (tous les tuk-tuk vous les proposent à chaque coin de rue), on sent une certaine réticence lors qu’on les évoque avec eux (« j’étais trop jeune » - c’est vrai que plus de 50% de la population ici à moins de 25 ans ! - « désolé, je ne comprends pas bien votre question : je ne parle pas très bien anglais »)  

 

 

-          Riton : « Mon Dieu, plus jamais ca … !!! »

-          « Je suis d’accord avec toi … mais on retrouvera ca encore plus près de nos jours au Chili, au Rwanda, en Bosnie et je ne sais où encore … »

-          « Mais pas chez nous … ? Pas dans nos beaux pays européens de l’ouest ?

-          « Qui sait ce qui peut arriver … il faut rester attentif »

-          « Jamais je ne laisserais faire ca : j’ai des droits et je les ferais valoir haut et fort s’il devait advenir une telle menace ! »

-          « Exact : tu as le Droit d’expression, tu as le Droit de manifester, tu as le Droit de ne pas être d’accord et de critiquer ceux qui nous gouvernent … mais n’oublie pas non plus tes Devoirs. Droits et Devoirs forment un couple indissociable : les uns ne vont pas sans les autres »

-          « Comment ca, des Devoirs … !?! »

-          « Devoirs civiques par exemple : payer tes impôts correctement, ne pas abuser des aides sociales, aller voter quand tu en as l’opportunité … et après tu peux exercer tes Droits »

-          « Ah … c’est comme ton histoire de chômage ?

-          « Tout à fait. Quand je repense à certaines personnes que j’ai croisées depuis mon départ et qui me disaient : « ah tu voyages pendant un an : tu t’es fait licencier et tu touches le chômage » … Mais ca va pas non ! Le chômage est fait pour ceux qui en ont besoin, pas pour ceux qui veulent voyager ! »

-          « Ou comme l’histoire de ta procuration pour les élections de ce printemps ? »

-          « Oui, puisque je savais que je ne serai pas là => un détour à la gendarmerie avant de partir et en 15 minutes c’était fait ! Tu te rappelles de la tête du gendarme ? « Une procuration pour les élections printemps 2012 ! Heuuu … vous êtes le premier, Monsieur » … « Non sans blague ! » (on était au mois d’octobre J) »

-          « Ouais mais voter aujourd’hui, ca sert à rien : tous les programmes sont les mêmes … et les candidats sont tous des pourris »

-          « Même si aujourd’hui il n’y a plus de grand débat idéologique (le communisme a fait son temps) et qu’il n’est pas facile de choisir, je vote quand même … Avant d’exercer mes Droits, je commence par remplir mes Devoirs. Et puis je vote pour 2 autres raisons simples : 1. au cours des siècles derniers, des milliers de français sont morts pour gagner le droit de vote (et plus récemment, des milliers de tunisiens) 2. Il y a encore tellement de pays au monde aujourd’hui qui n’ont pas l’opportunité de voter librement »

-          « Ok, je comprends …. mais je reste sceptique »

-          « Ton monde (the world of Riton) n’est pas forcement tout rose … mais tu peux toujours faire quelque chose à ton niveau : penser global, agir local »

 

 

 

Le reste des visites de la ville sera … disons plus « classique »

 

Le Wat Phnom, qui domine la ville sur la seule colline par ici, avec son horloge « genevoise »

2.PhnomPenh 02

 

  

Le monument de la libération … érigé juste sur le modèle d’Angkor Wat, juste après le départ des français

2.PhnomPenh 07

 

 

Avant de rejoindre le palais royal et le temple d’argent, on passe devant la haute cour de justice

2.PhnomPenh 09

  

« Ba y’en a qui se font pas chier dis-donc … ! »

« T’as raison Riton, y’a pire comme endroit pour bosser J »

 

Le palais royal, donc

2.PhnomPenh 10 

 2.PhnomPenh 29

 

 2.PhnomPenh 30

 

 

Pour 6 dollars 50 de droit d’accès au site, on ne peut même pas photographier l’intérieur des principaux monuments !

 

Le parc est forcement entretenu pico-bello

2.PhnomPenh 15

 

 

 2.PhnomPenh 34

 

2.PhnomPenh 16   

2.PhnomPenh 17

 

 

 Quelques fresques ornent les murs d’enceinte

2.PhnomPenh 13

 

 2.PhnomPenh 19

 

   

Le temple d’argent, qui tire son nom des centaines de plaques de métal qui couvrent l’intérieur … mais là encore, pas de photo autorisée L

2.PhnomPenh 23

 

 

Dommage car il y avait un Bouddha en or à taille humaine de 90 kg, un autre en cristal vert opaque appelé le Bouddha d’émeraude ou encore un venant de Myanmar (ex-Birmanie) dont la finesse des détails est tout simplement stupéfiante …

 

On se rattrape donc sur les statues d’autres édifices du site

 

2.PhnomPenh 25

 

 

 

 

Nous étions arrivés avec Riton à l’heure d’ouverture de l’après-midi et donc … avec pleins de cars de touristes ! Alors que les tours organisés commençaient par la droite, forcément nous on bifurque à gauche pour être tranquille : on fera le « début » à la « fin », en revenant sur nos pas … Quelle surprise quand un jeune gardien tente de nous interdire l’accès au début du site : « le sens de la visite est unique … regardez le panneau ». Pas eu besoin de dire un seul mot, l’américaine à coté de moi est dans la même situation et elle s’emporte : « pour 13 dollars, j’estime que mon mari et moi avons le droit de choisir le sens de notre visite afin d’éviter la foule … surtout qu’en plus on ne peut pas prendre de photos là où c’est le plus intéressant ! ». J’appuie ses doléances auprès du garde à l’aide d’un petit signe de tête, celui-ci nous laisse passer.

 

« Tu vois Riton, un autre petit exemple du couple Droits/Devoirs : elle a payé puis ensuite elle gueule »   J

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 17:28

 

Mer - 18h00 : directement après Angkor Wat et une petite douche, on file pour un bus de nuit qui part pour Phnom Penh à 19h et pour 10-12 heures de route ! « Ah bon, je croyais qu’il n’a avait que 6-8 heures entre les 2 villes ? ». « Non-non, Monsieur : c’est bien 10-12 heures qu’il met ce bus-là », me retoque la réceptionniste (précision pour Roberto : la réceptionniste est aussi marrante que celle de BKK J).

 

Mer - 18h30 : le service de ramassage passe enfin me prendre, je ne suis que le 2eme dans le minibus et on doit encore faire le tour de la ville pour récupérer d’autres touristes.

 

Mer - 19h15 : le service de ramassage, visiblement à la bourre, téléphone au chauffeur du bus qui doit finalement nous prendre quelque part sur la route : on attend donc dans une station service. « 5 minutes et le bus est là ». Bon, 5 minutes cambodgiennes, j’ai le temps de me commander à manger à emporter … Ba voyons, à peine j’ai fini de payer que le minibus recharge tout le monde pour filer à un autre point de rdv ! Ca s’agite en cuisine, le manager du fast-food court après le minibus pour le supplier d’attendre et je saute  enfin dans celui-ci déjà en marche … avec mon sandwich à la main quand-même.

 

Mer - 19h30 : on rejoint le bus sur la route et là, bonne surprise : le bus « assis » s’est transformé en bus « couchette » et je me retrouve entre 2 hollandaises J.

 

Mer/Jeu - 19h31 - 5h30 : on roule donc dare-dare sur une route pas trop mauvaise, ma foi. Quelques stop ici ou là pour déposer/prendre des locaux mais j’arrive quand-même à dormir correctement un moment.

 

Jeu - 5h31 - 7h15 : on arrive enfin et un des boys du bus réveille tout ce petit monde : « Sihanoukville, terminus … ». Me rappelais pas que la gare routière de Phnom Penh s’appelait comme ca, mais bon … A la descente, les chauffeurs de tuk-tuk sont déjà là et proposent leurs services avec insistance : « J’ai des hôtels pas chers si tu veux, Boss, sur la plage ou sur l’ile, même … tu veux aller où ? », en me montrant un bout de carte du coin … Alors je sais bien que je suis mal réveillé et que je ne suis pas une « morning person » mais un rapide calcul mental me fait dire que même si la fonte des glaces s’est accélérée ces dernières semaines, IL N’A Y PAS ENCORE LA MER A PHNOM PENH !!!

Mais bordel, on est où là ?!?

Sihanoukville, charmante petite station balnéaire dont la réputation grandit chaque jour et qui drainent de plus en plus de touristes (plages, spots de plongée au large des iles voisines) … à 230 kilomètres au sud-ouest de Phnom Penh !

Ba voilà comment s’est transformé un trajet habituel de 6 heures en un trajet de 10 heures : en oubliant de sauter du bus au bon moment …

-          « alors Boss, tu veux aller où ? »

-          « à-Phnom-Penh ! »

-          « ahahah … non, sérieusement : t’as déjà un hôtel ? Sinon j’en connais des biens et pas chers … », me répondit le tuk-tuk qui devait se dire : « c’est bien ma veine, je suis tombé sur le clown de service … »

 

Je lui explique rapidement - et en ronchonnant - mon cas pour qu’il me lâche (« j’en veux pas de tes hôtels pourris, gringos : je ne suis pas au bon endroit ») et là il explose de rire et se met à alpaguer ses autres collègues … Sans comprendre le cambodgien, je subodore le sens de leurs échanges et je deviens la star (ou la risée, c’est selon) de la station de bus en 30 secondes. « T’es un sacré dormeur, toi dis-donc … J »

Il tente une dernière fois sa chance :

-          « y’a trop de monde et beaucoup de pollution à Phnom Penh … ici c’est calme et superbe comme paysage … »

-          « je te remercie et te félicite pour ton argumentaire commercial, mon pote : tu devrais ouvrir une agence de voyage ! Mais on ne peut pas forcer un âne à boire s’il n’a pas soif … et crois-moi : t’as un sacré bourricot en face de toi ! … Non, je vais attendre le premier bus pour Phnom Penh. Merci.»

-          « ah ok … mais pour le bus, il faut descendre en ville acheter un billet et le bus passe te prendre devant un hôtel. »

-          « te fous pas de ma gueule : je suis dans une station de bus ! Je vais pas descendre en ville, te payer la course et prendre un billet pour m’entendre dire que le bus part de la station et qu’il faille que je revienne ici … »

Il me sourit et nous nous quittons bon amis …

 

J’attends donc l’ouverture des guichets. Le premier bus est à 7h15 et ô surprise : ici, ils vendent des billets de bus (dingue, dans une station de bus : qui l’eu cru J).

 

Jeu - 7h30 - 12h00 : on repart donc dans l’autre sens, Riton avec une joue toute rouge après avoir tenté un : « sympath tes visites, Olive : la gare routière de Sihanoukville, j’avais toujours rêvé de la voir … ».

Trajet sans histoire, ou presque … le gars derrière moi vomit 2 fois, ma voisine 1 fois. Le Saint Gallois, avec qui je fais connaissance lors d’une pause, semble lui aussi être sensible à l’humour des tuk-tuk cambodgiens J.

 

Jeu - 12h30 - 17h00 : opération logistique : une guest-house trouvée près de la rivière, une banque pour changer quelques traveller’s check (Angkor, c’est sympath mais ca m’a couté dans les 200 dollars en tout) et une agence pour mon visa et mon billet pour le Viêt-Nam.

Les files d’attente à l’asiatique, c’est sympath aussi : tellement peur de se faire piquer leur place qu’ils se collent les uns aux autres … super pratique à la banque, quand vous êtes en train de recompter vos billets et que vous pouvez presque sentir les tétons d’une vieille dans votre dos … Sachant que les femmes ici n’ont pas de poitrine exubérante, je pense qu’elle était en mesure de lire par-dessus mon épaule  les numéros de série sur mes billets de 20 dollars.

Après un petit miam-miam, je rejoins ma chambre : 3eme étage sans ascenseur, le wifi passe mal (la mise à jour du blog attendra), il est grand temps pour moi de faire une petite sieste … sieste qui, pour finir, se prolongera toute la nuit.

 

Ven - 4h15 : BAM-BAM-BAM … Mais bordel … qu’est-ce qu’il a, le boy de la guest-house à tambouriner à ma porte à cette heure-ci … ?!?. « Lèves-toi, viens vite voir … ! ». Pfuuu … bon, je me traine jusqu'à la terrasse de mon étage … plus j‘avance, plus le bruit sourd que je perçois s’accompagne d’une lumière peu habituelle à cette heure-ci ………

Ok, j’ai compris … A moins de 30 mètres, de gigantesques flammes ravagent un temple bouddhiste (pour mémoire, je suis au 3eme étage et les flammes sont déjà largement au dessus de moi !). D’épaisses fumées noires se dégagent et les gaz qui les accompagnent ne sont vraisemblablement pas utilisés en aromathérapie. Des braises incandescentes virevoltent déjà dans les rues avoisinantes et jusque sur ma terrasse. La légère brise attise les flammes qui viennent ainsi lécher l’immeuble voisin. Les pompiers ne sont pas encore là alors que nous sommes en plein centre ville, les détritus dans la rue s’embrasent à la vitesse « grand V » et les câbles électriques suspendus à de lourds poteaux ne demandent qu’à fondre aux premières chaleurs. Je me dis : « De dieu que ca peut aller vite … ! »

Alors, si je peux me targuer d’avoir quelques cordes à mon arc, je sais qu’il y en a une que je n’ai pas : JE N’AI PAS REDIGE DE THESE SUR LA PROPAGATION DES INCENDIES EN MILIEU URBAIN … !!!

ð  Record du monde de pliage de sac pulvérisé (17 secondes, il me semble) et déboulé en trombe dans les escaliers pour rejoindre la rue …

Le lecteur compréhensif voudra bien excuser le fait que je n’ai pas pris le temps de sortir mon appareil photo pour immortaliser l’instant : dans ces cas-là, on pense d’abord à ses fesses … et à celles de Riton, of course J

 

Les pompiers mettront 2 heures à circonvenir l’incendie, sans que celui-ci n’affecte d’autre bâtiment : ouf !

 

 

Pour une arrivée dans une nouvelle ville, on a connu plus calme avec Riton J

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 15:43

 

On rattaque aujourd’hui donc, avec les « 3 monstres » du coin : Angkor Thom, Ta Prohm et Angkor Wat.

 

Angkor Thom est un parc regroupant plusieurs temples dont le gigantesque Bayon : 216 visages qui vous scrutent et vous font sentir tout petit-petit tout d’un coup …

On continue avec la même synthèse qu’hier.

 

Le plus « stone age » : Bayon

1.Angkor 246 Bayon

 

 1.Angkor 257 Bayon

 

 1.Angkor 258 Bayon

 

 1.Angkor 264 Bayon

 

 1.Angkor 265 Bayon

 

 Comme des cheminées, l’intérieur des tours semble aspirer l’âme vers des sommets insoupçonnés

 

1.Angkor 267 Bayon

 

 1.Angkor 269 Bayon

 

 1.Angkor 271 Bayon

 

 1.Angkor 275 Bayon

 

   

Au passage, vous penserez à donner une petite pièce pour le photographe qui a réussi à prendre des photos sans aucune personne dessus ! Des fois ca se jouait à quelques centimètres tellement il y a de monde ici, les cars de japonais s’entassant sur le parking …

 

Le plus « pyramide aztèque » : Baphuon

1.Angkor 282

 

 1.Angkor 287

 

 1.Angkor 289

 

 1.Angkor 291

 

 1.Angkor 293

 

1.Angkor 307 

 

 1.Angkor 311

 

 1.Angkor 308

 

 

  

Le plus déglingué : Preah Palilay

1.Angkor 316

 

 

 

 

Le parc d’Angkor Thom est tellement vaste que le parking à tuk-tuk est aussi immense : il y a même une plateforme sur laquelle les touristes montent pour que leur chauffeur puisse les voir ! Le mien, c’est un malin et il a l’œil : il m’épargne la corvée en me faisant un signe quand j’arrive.

 

Le plus « mieux » : Ta Prohm

1.Angkor 320 Ta Prohm

 

 1.Angkor 322 Ta Prohm

 

1.Angkor 324 Ta Prohm 

 1.Angkor 326 Ta Prohm

 

 

 1.Angkor 332 Ta Prohm

 

1.Angkor 340 Ta Prohm 

 1.Angkor 360 Ta Prohm

 

 1.Angkor 361 Ta Prohm

 

 1.Angkor 364 Ta Prohm

 

 

Ce qu’il y a de bien quand on visite tout seul, c’est qu’on n’est pas obligé de suivre le guide ou le groupe … on se promène où on veut et surtout, là où ce n’est pas autorisé ! Je me faufile entre les ruines et autres poutres de soutien et arrive, sans le vouloir, à l’arrière d’une porte devant laquelle tout le monde se fait photographier

1.Angkor 373 Ta Prohm

   

La fameuse porte, devant laquelle la file d’attente est monstrueuse : je sais toujours pas comment j’ai réussi à la shooter sans personne dessus.

Je vous raconte pas la bobine de la maman japonaise, qui attendait depuis 5-10 minutes que son mari puisse enfin prendre la pause devant la porte, quand j’ai glissé ma tête par celle-ci ! L’était pas contente, la madame … J

 

1.Angkor 377 Ta Prohm

 

 1.Angkor 378 Ta Prohm

 

 

 

 

-          « Et pour finir en beauté, le « saint des saints », l’unique, l’immense, le majestueux, le … »

-          Riton : « bon tu vas pas nous la jouer Nelson Montfort, non plus ?!? Laisse-moi faire l’introduction … Mesdames zé Mesdames, dans le coin de droite, short rouge-gants bleus, le multiple champion toutes catégories confondues, l’étalon italien, … Rockyyyyy ….

-          « Stop ! Je reprends la main … alors pour faire simple …

 

 

 

 

 

 

LE PLUS GRAND EDIFICE RELIGIEUX AU MONDE :

 

 

 

ANGKOR WAT

 

 

 

Un parc aquatique … une ile artificielle au milieu : 1'500 mètres sur 1'300 !

1.Angkor 381 Wat 

Largeur de la « couronne d’eau » qui fait le pourtour de l’ile : 200 mètres !

 

La « petite » porte, à l’Est …

     

1.Angkor 387 Wat

 

 

 

… l’allée, qui mène au temple …

 

1.Angkor 384 Wat

 

 

 

… et le voici …

 

1.Angkor 389 Wat

1’025 mètres de long sur 800 de large!

 

 

1.Angkor 395 Wat

 

 1.Angkor 398 Wat

 

 1.Angkor 399 Wat

 

 1.Angkor 409 Wat

 

Une des bibliothèques intérieures … Pour donner une idée de la taille, remarquez les jambes du chauffeur de tuk-tuk qui tape la sieste, juste devant l’entrée en haut des escaliers !

 

 

1.Angkor 416 Wat

 

 

On commence vraiment à se croire devant une pochette d’album de Cypress Hill …

 

04-cypress-hill

 

 

 

1.Angkor 421 Wat

 

1.Angkor 425 Wat

 

 

1.Angkor 426 Wat 

 

 1.Angkor 435 Wat

 

 1.Angkor 443 Wat

 

 1.Angkor 449 Wat

 

Tout au fond, la porte principale

 

 

1.Angkor 450 Wat

 

C’est bien des fois, d’avoir un peu de monde sur la photo, pour se rendre compte de la taille

 

 

1.Angkor 458 Wat

 

 1.Angkor 482 Wat

 

 

 

 

    Et une petite dernière, depuis la porte principale

 

1.Angkor 488 Wat

 

 

 

 

Ces quelques jours à Siem Reap ont été magnifiques : une telle diversité de temples, sur le même site … c’est unique ! Même si l’architecture est parfois semblable (forcément, il s’agit de temples de l’âge d’or des Khmers => on ne va pas avoir un château de la Loire du 16ieme à coté d’un toscan du 18ieme), ces temples traduisent l’originalité et la puissance de leurs concepteurs. En même temps, … « heu oui, Riton ? Tu voulais rajouter quelque chose ? »

Riton : « Je veux mon n’veux … Car il y a toujours un « Mais » et il y a quelque chose qui m’interpelle … Ces temples sont uniques et magnifiques, certes mais leurs tailles trahissent la mégalomanie humaine. Combien d’années d’effort a-t-il fallu pour ériger de tels monuments ? Combien d’ouvriers (esclaves ?) ont laissé leur vie dans l’aventure ? Tout ca pour quelques rois puissent crier fièrement : « Regarde, Dieu, ce que j’ai fait pour toi … moi aussi je suis capable de merveilles : je suis ton égal. » Quelle mise en scène de l’ego humain, quelle perversion de la notion du sacré ! Alors je sais que ce n’est pas honnête intellectuellement de regarder le passé avec les yeux d’aujourd’hui (autres temps, autres mœurs : les européens, arabes ou autres aztèques ont eux-aussi en leur temps ériger de tels monuments) mais Dieu (ou Allah ou … qu’importe le nom) a voulu que je vois ces œuvres avec mes yeux de 2012 => je m’interroge donc sur les réalisations d’aujourd’hui qui ne servent que l’ego humain … qui plus est dans une société où les œuvres collectives ne sont plus d’actualité mais où les comportements individuels sont érigés en unique valeur … »

 

« Heuuuuu … très bien Riton … merci pour ces quelques mots. Comme tu le sais, je préfère la « bouteille à moitie pleine » => pourrais-tu avoir une conclusion positive ? Par exemple, quel est le temple que tu as préféré durant ces 3 jours de visite ? »

« Sans aucune hésitation : Ta Prohm, l’avant dernier. Taille humaine, relativement bien préservé et où la nature reprend le dessus … Magnifique et magique ! »

 

« Bon, je crois que tout est dit … Ici Angkor, à vous Cognacq-Jay … » 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 16:35

 

On se lance vers 8 heures du matin pour 12 heures de bus, avec Riton, pour rejoindre la ville de Siem Reap (Cambodge), aux abords du fabuleux site des temples d’Angkor … Mais bon, c’est écrit que chaque entrée dans un nouveau pays doit passer par un bizutage en bonne et due forme : bus en panne, plus de 6 heures de retard, attente interminable à la douane et arrivée à Siem Reap en plein milieu de la nuit ! (j’adore, pour trouver une guest-house ouverte ….)

On ne va pas se laisser aller et, après avoir (enfin) pris nos quartiers, on va se faire un massage un peu spécial : le salon est tenu par des non-voyants ! Massage des pieds pour être précis … La sensibilité et le toucher de mon masseur est complètement dingue : sans dire un mot (pour ma part) et sans « voir » les réactions sur mon visages (pour sa part), il sait très bien où appuyer et où « enfoncer » le clou … Vinzou que ca fait du bien : je m’endors presque tellement je suis détendu …

 

On booke un truc que je n’aurais jamais cru possible durant ce trip : réserver un tuk-tuk pour 3 jours ! Et oui, les touristes ne sont plus autorisés à louer des scooters ici depuis quelques années (trop d’abus) et pour la visite des temples, ne restent que : 1. les pieds 2. un vélo 3. un tuk-tuk … Faut pas pousser, les sites sont assez éloignés les uns des autres => Tuk-tuk … !

 

Alors ici, c’est vachement bien organisé. Accueillant moult-moult touristes 365 jours par an (366 en cette année 2012 …), le service billetterie est au point : carte « pass » imprimée en 5,72 secondes, avec photo numérique du titulaire, SVP !

1.Angkor 132

 

 

 

Je me suis préparé un parcours « croissant », afin d’arriver à l’apothéose le dernier jour … Alors on attaque dare-dare …

1.Angkor 78

 

 

  

 

Comme prévu, ca frotte au premier virage, les tuk-tuk s’enfilent (indienne) les uns derrière les autres et c’est à qui aura la meilleure aspiration … On se penche en avant en ligne droite pour gagner quelques précieux dixièmes (comme on le faisait gamins, avec Jeannot dans sa 309) … On dépasse au freinage un couple d’allemands  (« mais za va pas, non ! Vettel-éphoner à la Polizei, moi … ! ») … Et ce sera comme ca les 3 jours : Angkor, c’est aussi blindé de monde qu’un 14 juillet sur les Champs Elysées … mais 365 jours par an !

 

Comme on pourrait facilement noircir un autre blog, entièrement dédié aux temples d’Angkor, on se contentera, avec Riton, de faire une synthèse journalière …   

 

Day 1

 

Le plus haut : Pre Rup

1.Angkor 09 Pre Rup

 

 

 1.Angkor 08 Pre Rup

 

 

1.Angkor 06 Pre Rup 

 

 1.Angkor 03 Pre Rup

 

 

 

 

 

Le plus fin : Banteay Srei (littéralement : « la citadelle des femmes)

 

« Ah on en a vu des tonneaux qu’étaient pas trop fines pendant ces 4 premiers mois … »

« Tais-toi, tu vas nous attirer des ennuis »

 

 

1.Angkor 29 Banteay Srei

 

 1.Angkor 13 Banteay Srei

 

 1.Angkor 12 Banteay Srei

 

 1.Angkor 15 Banteay Srei

 

 

 1.Angkor 21 Banteay Srei

 

 

 1.Angkor 27 Banteay Srei

 

 

 

Le plus protégé : Banteay Samre

De nombreux murs extérieurs en font presque une forteresse

1.Angkor 36 Banteay Samre

 

 1.Angkor 35 Banteay Samre

 

 1.Angkor 44 Banteay Samre

 

 

 

Le plus insolite : Ta Som

 

Coté pile … 

1.Angkor 73 Ta Som 

 

… coté face

1.Angkor 61 Ta Som 

 1.Angkor 65 Ta Som

 

 

 1.Angkor 67 Ta Som

 

 

 

Le plus aquatique : Preah Neak Poan

Ile artificielle, au milieu d’un lac artificiel …

1.Angkor 80 Preah Neak Poan

 

 1.Angkor 81 Preah Neak Poan

 

 1.Angkor 85 Preah Neak Poan

 

  

… malheureusement pas trop accessible, encore en cours de restauration.

 

Le plus « gros mixe de ce qu’on a vu toute cette journée » : Preah Khan

  

Immense parc dans lequel des bucherons sont probablement embauchés à l’année …

1.Angkor 93 Preah Khan

 

 1.Angkor 90 Preah Khan

   

Entrée nord

 

… il s’agit plus d’un palais qu’un « simple » temple religieux

 

1.Angkor 105 Preah Khan 

 

  1.Angkor 109 Preah Khan

 

  1.Angkor 97 Preah Khan

 

  1.Angkor 125 Preah Khan

 

  1.Angkor 127 Preah Khan

 

 1.Angkor 107 Preah Khan

 

 

1.Angkor 112 Preah Khan

 

Là aussi, la nature reprend le dessus et semble se jouer de la vanité de l’Homme

 

 

 

Day 2

 

Le plus typique Khmer : Preah Ko

 

1.Angkor 133 Preah Ko 

1.Angkor 144 Preah Ko

 

 

 

 

Lors de cette première visite du jour, je flâne un peu prés des remparts quand je vois 2 cars de japonais débarquer, je me sors à moi-même une de mes phrase favorites : « allez, on bouge : on n’est pas là pour enfiler des perles … ». Au même moment, mon pied tape dans une … perle ! Le message est là : je la fourre dans ma poche et elle deviendra mon porte-bonheur pour le reste du voyage. Riton : « heuuu … tu veux pas essayer avec la phrase : « on n’est pas là pour enfiler des liasses de 100 dollars » … ? »

 

 

 

 

Le plus « château de sable à  la plage » : Bakong

 

Construit essentiellement en pierres de grès

 

1.Angkor 151 Bakong 

1.Angkor 152 Bakong

 

 1.Angkor 155 Bakong

 

 1.Angkor 164 Bakong

 

 

 

 

Le plus « je copie mes voisins » : Lolei

 

Réplique des tours de Preah Ko et pierres de sable intercalées

 

1.Angkor 170 Lolei

 

 1.Angkor 175 Lolei

 

 1.Angkor 176 Lolei

 

 

 

 

Le plus «Indiana Jones » : Beng Mealea

 

Assez défoncé par Pol Pot et la guerre civile, truffé de mines anti personnelles (438 ont été retrouvés lors de fouilles ces dernières années !), ce temple est l’un des plus éloigné du site

 

1.Angkor 182 Beng Mealea

 

 1.Angkor 187 Beng Mealea

 

 1.Angkor 188 Beng Mealea

 

 1.Angkor 204 Beng Mealea

 

 1.Angkor 206 Beng Mealea

 

 

1.Angkor 214 Beng Mealea

 

 1.Angkor 218 Beng Mealea

 

 

1.Angkor 239 Beng Mealea

 

 

 

 

 

 

Sur le retour de cette belle journée, notre chauffeur est tout vexé de s’être fait piéger dans un embouteillage monstre : sortie des écoles J

 

1.Angkor 245

 

 

 

  

 

Il est temps de se préparer pour LE final de demain … avec les 3 gros temples du coin.

 

 

 

Riton : «  le feu d’arti-fesses, c’est pour demain … J »

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 16:01
 
C’est reparti pour une campagne de minibus où le pauvre malheureux derrière moi n’a pas de chance : mon fauteuil est cassé et bloqué en position « allongée » : va être long pour lui, ces 4 heures de route … « Mais pas de pb : j’ai vu pire en Inde », me rétorque le papy qui a l’air d’en avoir vécu des vertes et des pas mûres. 
Le Mékong s’élargi ici en un immense estuaire, les « 4'000 iles » sont la dernière ou la première étape « obligée » des routards au Laos, à seulement quelques kilomètres de la frontière Cambodgienne. Il y a donc passablement de monde à l’embarcadère et les bateaux-navettes tendent un cordon presque continu entre le continent et les 3 principales iles (Don Khong, Don Det et Don Khon) … telles de milliers de porteuses le feraient entre leur garde-manger et la fourmilière.
7.4'000 iles 02
 
 
 
J’ai choisi l’ile de Don Khon, surtout parce que c’est la plus calme des 3 : Don Khong étant la plus grande et Don Det la plus agitée, sorte de réplique miniature de Vang Vieng le soir venu … Mais Don Det est juste en face de moi et un pont relie ces 2 iles.
7.4'000 iles 04
 
Ici, vue sur Don Det depuis « mon » ile
 
 
Sur les iles, on est plutôt « eco-friendly » => ce sera vélo et non pas moto … Les pistes sont excellentes pour flâner même si de temps en temps, la sonnette se manifeste toute seule tellement les pierres secouent le cadran du vélo.    
Sur la partie Est, je découvre les reste de fortifications que les français avaient érigées en leurs temps, juste à coté de pièges à poissons plus contemporains
7.4'000 iles 05
 
 7.4'000 iles 08
 
En saison humide, et donc avec un niveau bien plus haut que celui-ci, l’eau s’engouffre sur ces plateformes et les poissons viennent s’empaler sur des bambous taillés en pieux en positionnés en contre-courant.
 
 Il est midi et même les buffles se protègent des morsures du Grand Brûlant
7.4'000 iles 11
 
 7.4'000 iles 10
 
 
Le sud de l’ile est le repère de dauphins, mais nous n’en croiserons pas … bien évidemment.
7.4'000 iles 13
 
 
 7.4'000 iles 15
 
 7.4'000 iles 16
 
  
Plus loin, les cotes se déchirent et laisse apparaitre l’impressionnante baisse de niveau durant la saison sèche … pourtant dans une partie du fleuve qui est 10 fois plus large que le reste du Mékong !
7.4'000 iles 21 
 7.4'000 iles 23
 
 7.4'000 iles 24
 
 7.4'000 iles 25
 
Ces autres pièges à poissons sont situés à plus de 5 mètres au dessus du niveau actuel de l’eau !
 
D’impressionnants rapides/chutes me donnent soudain des envies furieuses de rafting
7.4'000 iles 39
 
 7.4'000 iles 40
 
 7.4'000 iles 45
 
 7.4'000 iles 47
 
 7.4'000 iles 53
 
 
 
L’eau arrive de partout depuis la mangrove, dans un fracas improbable …
7.4'000 iles 62
 
 7.4'000 iles 66
 
 

 
 
 
… qui n’empêche toutefois pas quelques pécheurs de tenter leur chance
7.4'000 iles 52
 
 7.4'000 iles 57
 
 7.4'000 iles 60
 
 

 
 
 
 
 
 
Le pont entre les 2 iles est un vrai racket organisé : EUR 2 pour l’aller-retour !
7.4'000 iles 73
 
 
Mais pas le choix si on veut rejoindre Don Det. L’ile est un peu plus grande mais ne possèdent toutefois que 2 « routes » principales. Ci-après, et sans blague, voici l’une d’entre elle :
7.4'000 iles 70
 
 7.4'000 iles 71
 
Riton : « Pas facile de trouver une station service pour faire les niveaux dans le coin J »
 
 
On se fera le coucher de soleil « le plus cher » de notre voyage : sur le pont
7.4'000 iles 79 
 7.4'000 iles 78
 
 7.4'000 iles 75
 
 
 
  
Il est bientôt temps de dire au revoir au Laos, après presque 4 semaines, avant d’embrasser une nouvelle destination.
 
 
Partager cet article
Repost0