Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 00:07

 

La grosse journée de marche, c’était hier … Aujourd’hui, nous ne sommes qu’à 3 heures du notre prochain point de chute.

On repart donc sur les chemins

2.Banaue Batad 4

 2.Banaue Batad 8

 2.Banaue Batad 6

 Des fois c’est presque frustrant et je m’arrête souvent : marcher sur 40 centimètres de large m’oblige à regarder là où je mets les pieds et je ne peux profiter de chaque instant. Avec un ½ mètre de boue à droite et 5 mètres de dénivelé à gauche, mieux vaut tenir le cap …

 

On arrive sur les hauteurs de  … Riton : « moi je sais : Batad ! C’est marqué sur le panneau »

2.Banaue Batad 28

 

 

 

Ce sont principalement ces terrasses qui ont été classées par l’UNESCO

2.Banaue Batad 11

 2.Banaue Batad 12

2.Banaue Batad 19 

 2.Banaue Batad 22

 2.Banaue Batad 34

 2.Banaue Batad 35

 

 

 

Le temps d’une halte à notre hôtel et on plonge au fonds de la vallée …

2.Banaue Batad 42

 2.Banaue Batad 56

 2.Banaue Batad 39

 

… pour se rafraichir auprès d’une chute d’eau de plus de 40 mètres !

2.Banaue Batad 43

 2.Banaue Batad 45

 

 

La petite tête est la bienvenue mais Justin est surpris de me voir déjà prêt à repartir : il prévoyait de passer une bonne partie de l’après-midi ici. Ce n’est pas que cette chute d’eau soit désagréable mais Riton en trouvera d’autres durant son tour, alors que des rizières en terrasse … Je préfère donc me promener encore un peu sur les murets.

Mais maintenant, il faut ressortir de ces gorges et … remonter les marches !

2.Banaue Batad 51

  

Depuis une certaine ascension au Sri-Lanka, je n’aime plus du tout les escaliers … Les marches sont toujours irrégulières, trop hautes et de profondeurs inégales. Je préfère une piste vierge, sur laquelle je peux aller à mon rythme, choisir mes appuis et imaginer au fur et à mesure que j’avance la voie qui me convient le mieux … Je n’aime pas trop la façon dirigiste que les marches tentent de m’imposer … Riton : « Houlalala que Guillaume n’aimerait pas ces marches : il ronchonnerait presque autant que Roland … ! J Pis dis-donc, ton laïusse ? Sans jouer les philosophes de bistrot, ca marche aussi avec la Vie en générale, non … ? »

"Correct …" Je repense à cet article partagé par certains sur Facebook ces derniers jours … Une infirmière australienne en soins palliatifs a interviewé ses patients avec une seule et unique question : « quels sont vos regrets dans la vie ? ». La réponse numéro 1 est : « j’aurais aimé avoir le courage de vivre ma vie comme je l’entendais, et non la vie que les autres voulaient pour moi ». Rien de plus àajouter ….

 

On se promène donc ici et là et on profite de points de vue ignorés par d’autres.

 

2.Banaue Batad 63

 

 2.Banaue Batad 73

 2.Banaue Batad 80

 

Ici, les riches propriétaires affichent leur fortune à l’aide de têtes de buffle accrochées  sur de … somptueuses demeures

 

2.Banaue Batad 86

 2.Banaue Batad 92

 2.Banaue Batad 94

 2.Banaue Batad 97

 2.Banaue Batad 103

 

 

 

Sur le retour, Justin a décidé de m’achever une bonne fois pour toutes, aujourd’hui : il tire tout droit vers notre hôtel et la pente martyrise une nouvelle fois mes cuisses …. JE HAIS LES MARCHES !

2.Banaue Batad 108 

     

 

En chemin, une petite me scotche une nouvelle fois : elle a tout juste 4-5 ans et elle nous indique le chemin par un « this way » (par ici) en pointant son doudou dans la bonne direction … Même s’il s’agit d’une phrase « prête à l’emploi » qu’elle a probablement apprise par cœur, j’imagine mal ma petite nièce en faire autant. C’est dingue ce retard pris par la France (et l’Espagne, je dirais …) dans l’apprentissage des langues étrangères. Ok, ces deux nations peuvent se targuer d’avoir une langue internationale mais quand même : la planète entière ne parle qu’anglais … et peut-être bientôt chinois … mais en tous cas pas frouze ou pinpin : cette époque est révolue !

 

Le temps change vite ici ! Nous arrivons à notre hôtel juste avant que la pluie n’enveloppe définitivement la vallée de son linceul soit disant inoffensif ; prise de pouvoir aussi inattendue qu’une présence FN au second tour …

  2.Banaue Batad 106

        

A l’orée de la forêt, les profonds stigmates que les pluies du typhon d’octobre dernier ont laissés en souvenir à ces terrasses

 

Ca durera jusqu’au milieu de la nuit.

 

 

Après le repas, l’alcool de riz aidant mes interlocuteurs, je comprends qu’aujourd’hui il est difficile d’exercer pour les guides … Le soi-disant Office du Tourisme local, qui délivre l’estampille officielle, ne serait qu’une affaire de famille dans laquelle il faut payer pour entrer … Les rixes entre guides « free lands » sont fréquentes même en haute saison et les anciens tentent de se tailler la part du lion. Riton : « ah ok … une histoire de famille … de famillia, avec un padre … ». Et oui : offrez une reconnaissance internationale à un site (comme l’UNESCO l’a fait ici), et les touristes affluent du jour au lendemain … un peu comme un restaurant qui prendrait sa première étoile. Donc forcement cela attise les convoitises, en plus dans une région pas facile.

 

On termine cette seconde journée sur ces considérations.

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 04:36

 

Un bus de nuit qui me fait penser à ceux du Sri-Lanka (à-fonds-à-fonds n’importe comment sur les routes) et nous arrivons ce mercredi matin à Banaue.

Riton : « bon … tu vas te décider enfin à me dire ce qu’on est venu faire ici … dans le trou du c**** du monde ?!? ».

On vient purger une frustration que je traine depuis quelques années (depuis le Cap Vert et l’ile de Santo Antao, exactement) : faire un trek au milieu de plantations en terrasse.

 

On prend une chambre, un guide « free lands » et un peu de repos pour se préparer mentalement. Riton : « à qui tu veux faire croire ca  … ? ». «Va mal finir, notre histoire, si tu continues ainsi … ».

On choisi, la formule offensive : trek de 3 jours, en « version longue ». Riton : « Version longue, c’est comme le Grand Bleu : on a des passages inédits ? ». Exact : on part de plus loin et le premier jour devrait nous offrir des paysage presque vierges de touristes.

Justin sera notre guide pendant ces 3 jours. Il m’avouera plus tard qu’il est content d’avoir « mis la main sûr moi » car ici, c’est la guerre entre les guides et lui-même n’a pas fait de trek aussi long depuis 4 mois (seulement des tours journaliers, la plupart des gens n’ont pas beaucoup de temps et ne font qu’un crochet par ici vite-fait bien-fait).

 

On fait un petit arrêt au view point sur les hauteurs de Banaue …

2.Banaue Cambula 02

 2.Banaue Cambula 04

 

 

… où toutes les rizières ne sont pas vertes : la plantation n’a lieu qu’en ce moment dans cette partie de la région.

 

On s’enfonce plus haut encore, histoire de retrouver le début de notre piste. On part pour plus de 7 heures de marche aujourd’hui, on les avalera en tout juste 6 … ! Riton : « oh put*** j’ai une pêche, j’ai une pêche … j’vais tous les plier demain au critérium ! ».

Et voila ce que je voulais faire depuis si longtemps : marcher sur d’étroits murets en plein milieu de la nature …

2.Banaue Cambula 15

 

 2.Banaue Cambula 22

 

 

Riton : « heuuuu … comment on fait pour passer d’une rizière à l’autre ? ». « Ba on prend de petits escaliers … parfois très petits. »

  2.Banaue Batad 107

 

      

 

On traverse des paysages magiques et immenses … que mon appareil photos n’arrive pas forcement à bien retranscrire 

 

2.Banaue Cambula 18

 2.Banaue Cambula 25

 2.Banaue Cambula 21

 

 

C’est complètement dingue de se dire que ces terrasses ont plus de 2'000 ans ! L’UNESCO a quand bien fait de les classer patrimoine mondial …

D’ailleurs, faudra m’expliquer comment se fait-il qu’un jour, le chef d’une tribu gauloise a dit : « bon les gars, on y est. Nous sommes à plusieurs semaines de marche des côtes, personne ne viendra nous embêter ici ... On pose notre baluchon et on creuse des terrasses pour planter ce qu’on sait le mieux faire pousser : du riz ».

Riton : « ah ouais, je crois connaitre le nom du chef gaulois : je parie que c’est Caterpillarix … ». « C’est toi qu’on va bâillonner et attacher à l’arbre si tu continues … Tout ceci a été construit à mains nues ! ».

Et c’est vraiment dingue, d’imaginer l’énergie qu’il a fallu déployer pour atteindre un tel résultat.

 

On a beau être au milieu de nul part (4 heures de marche avant la première « ville »), on n’en a pas oublié la Saint Valentin pour autant

Heart

 

 

 

Lors de la traversée de hameaux, j’avais prévu le coup et pris un paquet de bonbons à distribuer aux enfants qui savent parfaitement demander « a candy » quand il faut … C’est d’ailleurs impressionnant de voir que même dans les coins bien paumés aux Philippines, l’anglais est très répandu : une mère me dit dans un anglais parfait de lui lancer le bonbon pour son petit car elle est trop en contrebas pour que je puisse la rejoindre … je m’exécute et prends bien soin de ne pas divulguer mon terrible accent J

 

On passe devant la fameuse mégalopole de Pulau …

2.Banaue Cambula 09

 Célèbre pour son université de sciences appliquées, juste à coté de l’aéroport international

 

… avant d’arriver en milieu d’après-midi au village de Cambula, notre étape du jour

2.Banaue Cambula 29

 

 

Mélange de maisons traditionnelles …

2.Banaue Cambula 27

  2.Banaue Batad 01

         

… et plus « modernes »

 

  2.Banaue Batad 02   

  

 

Une discussion prolongée avec un tchèque qui arpente seul ces vallées ( ! - moi depuis l’épisode de Sumatra, je mets tout en œuvre pour éviter de me perdre à nouveau …) nous fait louper la représentation de danses traditionnelles que les enfants du village ont effectuée sous le préau de l’école … De toutes manières, la France n’a pas tout perdu : à part mon ami de Prague, il n’y a que des mangeurs de grenouilles ici ! Je me croirais presque revenu à Sukhothai …

Riton : « ah c’est clair que ce ne sont pas les américains gavés de hamburgers qui vont trainer leur bide jusqu’ici … ». T’es dur mais ce n’est pas faux : c’est mot pour mot ce que les guides nous disent ici … J

 

Le repas est simple (riz-légumes) et la pluie accompagne nos derniers songes avant que le sommeil nous emporte … après cette belle 1ere journée.

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 11:03

 

Petit crochet par Hong-Kong pour joindre les Philippines et sa capitale monstrueuse, Manille … Sauf que le vol BKK-HK est retardé et je rate la correspondance : le prochain vol est dans quelques heures mais me fera arriver vers 1 heure du matin … j’adore arriver en pleine nuit dans un nouveau pays ! Je trouve finalement une guest-house ouverte dans un quartier animé et me voici bien plongé aux Philippines : le vigile à l’entrée est armé !

 

Manille, donc … plus de 20 millions d’habitants pour la grande métropole, 30-35 degrés au plus chaud de la journée, humidité élevée et … pollution à te faire presque aimer Bangkok ! 100'000 enfants livrés à  eux-mêmes vivant dans les rues et tendant la main un peu partout (à la sortie d’un magasin, je glisse à une petite et son groupe de topains un paquet de bonbons : ca ne changera pas leur vie mais un peu de douceur en cette fin de journée ne peut fondamentalement pas faire de mal …). Je sais que ce n’est pas les aider que des les mettre en contact avec « l’argent facile » mais justement, je me dis que ceci est mieux que de donner une pièce …

 

Comme toutes les grosses villes, on retrouve tous les travers : une belle de nuit, visiblement un peu dans les vapes, me propose 3 fois ses services en 2 heures … Au coin des rues, on vend du pseudo viagra, des montres de contrefaçon et autres babioles, des rabatteurs d’établissements à lumières tamisées rouges m’assurent de l’aller-retour gratuit en taxi … Un mec qui se promène seul, c’est sûr qu’il doit chercher « des choses » … Je vois même un nouveau concept : le karaoké-pince fesses … Riton « qué sa quo ce truc-là ? ». « Ba disons que c’est un karaoké classique mais que tu sois bon ou mauvais, il y a toujours autours de toi une ribambelle de jeunes demoiselles court-vêtues qui te trouvent génial, excellent chanteur et terriblement séduisant … ». « Ah je vois … elles doivent être dur de la feuille et pratiquent l’effeuillage durant des heures ».

 

La ville n’a pas grand chose à proposer d’historique car pratiquement rasée en 45 lors de WW II. Le parc Rizal touche le vieux Manille - quartier appelé Intramuros - dont ne demeurent presque que les remparts espagnols

1.Manille 28

 1.Manille 20

On arrive quand même à glisser un golf aux abords

 

Une des plus vieilles églises de Manille rappelle l’occupation espagnole et insiste sur le fait que la religion est plus que sacrée ici : le pays est catholique à plus de 90%

1.Manille 21

 1.Manille 23

  1.Manille 24

 

 

     

Le fort Santiago, au bout d’Intramuros, est un haut lieu de l’indépendance car c’est ici, entre autres, que les révolutionnaires furent fusillés par les colons   

     

1.Manille 31

 1.Manille 29

 

 

  

Si je reste autant de jours ici, c’est parce que je viens rendre visite à Marie-Claude, la mère de mon bon vieux D’jo : elle s’est engagée 3 mois auprès de l’association Virlanie (www.virlanie.org/fr) qui s’occupe des enfants de la rue. Avec plus de 200 enfants aidés par année depuis 20 ans, c’est la principale organisation dans ce « secteur d’activité » sur Manille.    

Nous parcourons les différentes maisons d’accueil dans lesquelles elle est intervenue …

 

1.Manille 03

1.Manille 05 

 1.Manille 07

 1.Manille 12

1.Manille 14     

1.Manille 13

« Yo man … moque toi encore une fois de ma casquette et je te presse comme Bob l’éponge »

 

 

 

… et forcement après 17 secondes, je me retrouve avec un petit monstre dans les bras : ces gamins, qui n’ont rien demandé, veulent juste qu’on s’occupe d’eux … comme n’importe où ici bas.

     

      

 

Comme je le prévoyais, les histoires sont toutes aussi invraisemblables que singulières … J’en retiendrai une : une jeune adolescente, légèrement handicapée mental, a fait l’année dernière une fugue de 3 jours ; heureusement, elle a été retrouvée mais … enceinte => son petit est donc dans la section des nourrissons et elle, chez « les grands ». Pas facile de se détacher de tout ca quand on est tous les jours plongé ave ces mômes.

Le dernier jour, j’ai le plaisir de déjeuner avec Dominique, le président-fondateur de Virlanie, un français qui vit ici depuis 25 ans. L’occasion d’échanger sur le fonctionnement de la fondation, ses perspectives, ses enjeux, ses barrières ou tentatives de récupérations politiques et aussi sur … la Tunisie qu’il connait bien (!).

 

Roland, le mari de Marie-Claude, vient juste de la rejoindre pour la fin de ses 3 mois …

 

1.Manille 36

Riton : « pas facile, hein Roland … la chaleur et la pollution : ca ronchonne à tout bout d’champ J »

 

… je les laisse donc profiter de ces quelques jours de retrouvaille et m’éclipse des vélos-taxis et autres jeepney très en vogue ici  

 

1.Manille 35

 

 jeepney

 

 

 

En route cette nuit pour ce que je suis venu voir ici aux Philippines …

 

To be continued … maybe J

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 15:25

 

A priori, ce passage par BKK devrait être le dernier pour ce tour … mais sait-on jamais … J Guillaume va découvrir cette mégalopole pendant 2 jours et demie alors que moi dés demain, je volerai vers d’autres cieux.

On retrouve l’hôtel qui, pour finir, devient un peu ma résidence secondaire de BKK. La réceptionniste n’a pas changé en 2 mois (j’étais ici début janvier avec les zozos) : toujours aussi marrante, toujours aussi limitée en anglais et toujours aussi … amoureuse de Roby J (« If you see Roberto, tell him I love him … hihihih »). Dieu seul sait ce qu’il a dû lui raconter à l’oreille à celle-là … J

 

Une fois le lunch englouti, c’est déjà vite le milieu d’après-midi et il ne nous reste pas beaucoup de solution de visite : notre choix se pose sur le parc Lumpini.

La danse des canards n’est pas très folichonne aujourd’hui …

9.BKK 1

 Guillaume : « non … On se croirait plutôt à Rio, car c’est la mare à canards »

Riton : « dis-donc Olive … le cousin, il est presque mûr pour écrire sur mon blog là, non ?

 

… le pavillon japonais se fraie une place entre les immeubles …

9.BKK 4

 

… et il n’est pas possible de photographier le pavillon chinois sans que le garde, presque assorti, ne se jette devant l’objectif

9.BKK 5

 

 9.BKK 6

  

Le théâtre en plein air est une demie noix de coco …

9.BKK 2

 

… sur lequel nous testons l’acoustique (« ferme ta gueule, répondis l’écho … »)

 

 

Big Ben a pris un sacré coup de vieux …

9.BKK 8

  

… et oui Riton, il est l‘heure de l’apéro

9.BKK 9

  

On se glisse au sommet d’une tour de 59 étages officiels, puis montons un étage ou deux encore à pieds pour profiter de la vue imprenable sur la ville : on dira que nous sommes au 61eme étage et demie pour siroter notre cocktail

9.BKK 12

 Riton : « Ca devrait rappeler quelque chose aux zozos, non ? »

 

9.BKK 13

 Dress code oblige, on nous refourgue des pantalons pour cacher nos shorts

Riton : « Pourquoi on te voit pas, toi ? T’as pourtant en plus de jolis chaussons bien cirés : t’es mignon tout plein … ». 

« Ca te dit, là tout de suite, d’apprendre le deltaplane depuis une tour de 59 étages … mais sans deltaplane ? Je l’ai oublié à l’hôtel … »

 

9.BKK 17

 9.BKK 18

 9.BKK 19

 9.BKK 20

 9.BKK 21

 9.BKK 23

 9.BKK 25

 9.BKK 24

 

 

 

Ce seront les dernières photos pour cette journée, le reste de la soirée étant classé « secret-défense » J  

 

 

Bye-bye Thaïlande, et merci pour tout … après mon arrivée ici le 18 novembre, il est déjà temps pour moi de reprendre le fils rouge des mes destinations avec le prochain vol important. Mais je ne dis pas encore adieu à l’Asie du sud-est …

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 11:01

 

La capitale Hanoi est atteinte après un combo Bus-bateau-Bus-Bus. Ce jour et demie sur place sera consacré à des ballades dans les rues de la ville à arpenter les différents monuments … au milieu de nos amis les scooters ! Et oui, retour dans une grosse ville Viet, donc baignée par un microclimat de deux-roues … comme si des rivières de sauterelles affamées se déversaient dans les rues sans savoir où aller mais toujours avec un flot continu. De quoi devenir paranoïaque à chaque fois qu’on sort de l’hôtel … car nous ne sommes tranquilles nul part !

6.Hanoi 11

 

Les symboles communistes côtoient les scooters japonais importés en masse au Vietnam

 

Nous logeons dans le vieux quartier d’Hanoi où les rues sont plus étroites … ce qui laisse un peu moins de place aux 2 roues. 

6.Hanoi 05

 

 6.Hanoi 06

  

 

La réplique de Notre Dame … pas très bien conservée

6.Hanoi 01

 

  

L’opéra, juste en face de la bourse

6.Hanoi 04

 

 

Un temple, sur un bras de terre entre 2 lacs

6.Hanoi 10

 

 6.Hanoi 08

 

 6.Hanoi 07

 

Apres le jeu « où est Charlie ? », « où est le scooter ? » … J

 

 

Hanoi est aussi réputée pour ses « Bia Hoi », sorte de brasseries populaires que l’on trouve dans tous les quartiers et où ils servent cette délicieuse boisson houblonnée, légèrement alcoolisée mais néanmoins ô combien rafraichissante. Riton : « ouais bon, tu vas pas nous faire un poème à chaque que tu bois une bière non plus … ». Notre brasserie préférée a cette particularité que la terrasse déborde largement sur la route et que c’est … strictement interdit, bien sûr. A chaque fois que la police patrouille dans la rue, un guetteur fait un signal et tout le monde se lève sur instructions des serveurs/serveuses : en un ¼ de seconde la terrasse est pliée - le Sarde, si tu nous lis J - et reprend sa place sitôt le fourgon disparu … Il faut dire que la terrasse en elle-même ressemble plus a une dinette qu’à de vraies chaises et tables : petits tabourets et micro tables, le tout en plastique, qui font que même Riton a les genoux sous le menton. La première fois, ca surprend un peu … mais on s’y fait vite !

 

 

 

La ville rend aussi ses hommages au héro national : Chi Minh. Un parc lui est dédié  

 

6.Hanoi 12

 

L’ancienne demeure du gouverneur générale français d’Indochine

Riton : « ba dis-donc, les réceptions du gouverneur ca devait être quelques choses … même sans les Ferrero Rocher »

 

 

6.Hanoi 15

 

La résidence de Ho Chi Minh

 

6.Hanoi 16

 Son mausolée

 

6.Hanoi 18

 La pagode millénaire sur pilier unique, reconstruite après que les français l’aient rasée comme cadeau de départ en 1954. Bravo !

 

On passe ensuite au temple de la littérature … la vraie littérature, pas le blog de Riton J

6.Hanoi 19

 6.Hanoi 29

 6.Hanoi 27

 6.Hanoi 24

 6.Hanoi 20

 6.Hanoi 30

 6.Hanoi 31

 

 

De nombreuses futures mariées font leurs books photos ici et à notre sortie, nous avons même l’immennnnnnse honneur de croiser le prince héritier Philipe de Belgique arrivant en visite officielle dans ce temple … On est juste à coté du comité d’accueil, sur son 31, et sur un malentendu, Riton aurait même pu serrer la main d’une future tête couronnée. Tranquillou, le service de sécurité J. 

 

Quelques achats souvenir encore - je voulais trouver un chapeau typique Viet pour ma nièce de 14 ans … suis sûr qu’il aurait été génial pour aller au collège J - et il est déjà temps de prendre notre dernier diner au Vietnam …

 

Ces deux semaines ont été hyper rapides (6 destinations en 15 jours !) et la frustration est aussi grande que le plaisir rencontré.

Il nous restera une journée ensemble, à BKK …

 

Partager cet article
Repost0