Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:05

 

Ce n‘est pas le petit déjeuner qui est mal passé ce matin, ni la nuit (un peu) mouvementée, qui font que j’ai un peu la boule au ventre. Aujourd’hui, on va sur 2 sites qui malheureusement resteront particulièrement ancrés dans l’histoire du Cambodge pendant encore de nombreuses décennies :

1.       la prison politique le plus célèbre du pays (« S21 », une ancienne école en plein centre ville « reconvertie » dés la prise de pouvoir des Khmers Rouges en 1975) et

2.       le centre d’extermination (désolé pour le terme mais il n’y a pas d’autre terme, justement …) à 15 km du centre.

 

Le parcours des « interpellés » était très simple à l’époque : 1, la prison (pour extirper n’importe quel aveu à coup de torture en tout genre) et 2, le centre pour effacer toute trace … y compris bébés et enfants en bas âge accompagnant leur mère. Avec cette terrible phrase du responsable du site de l’époque : « Les enfants ? D’une, ils ne nous sont d’aucune utilité et de deux, ils pourraient nous en vouloir un jour. » ………

 

On débute par le centre de Choeung Ek, où trône à l’entrée un monument commémoratif avec plus de 8'000 crânes retrouvés lors de fouilles investiguées en 1980.

2.PhnomPenh 01 

 

Autant vous le dire tout de suite, c’est la seule photo des 2 sites qui sera publiée sur ce blog … pour 2 raisons :

1.       c’est la seule que j’ai prise

2.       par respect pour les dizaines de milliers de défunts qui ont souffert ici

(ce n’est pas parce que je veuille effacer de ma mémoire ce qui s’est passé dans ce pays pendant ces sombres années mais je me sens mal à l’aise à l’idée de jouer au touriste qui « mitraille » tout ce qu’il voit dans de tels lieux)

 

De nombreuses fosses se juxtaposent les unes aux autres, dans un méticuleux et méthodique souci de rentabilité et d’efficacité : les personnes déportées dans ce centre n’y restaient pas plus de quelques heures …  

Je me sens comme soudainement (re)plongé dans les atrocités hitlériennes et staliniennes contemporaines à mes grands-parents … mais à mon époque (putain, j’étais né lors de cette folie Khmer Rouge !).

 

 

La prison « S21 » est un enchainement de salles de classe reconverties en salles d’interrogatoire, munies uniquement de lits métalliques … afin d’assurer une bonne conductivité du courant électrique utilisé lors des séances. Les cellules sont des cages à lapins insalubres. Les clôtures extérieures sont barbelées et électrifiées mais pas très hautes, histoire de bien faire comprendre au reste de la ville ce qui se passent ici et ainsi, d’accroitre la terreur.

Comme leurs prédécesseurs nazis, les Khmers Rouges identifiaient, répertoriaient, photographiaient les pensionnaires avec soin et précision : les photos d’archives s’enchainent dans de grandes salles avec des visages de Monsieur - Madame « Tout le monde ». Il me semble que ces visages ont tous cette double expression : incompréhension des raisons de leur détention et résignation quant au sort qui leur sera réservé. 

 

Voici aussi peut-être pourquoi aujourd’hui le dollar est roi au Cambodge et que tout le monde l’accepte comme monnaie d’usage : les gens cherchent peut-être vraiment expier cette période de communisme pur et dur. D’autant plus qu’il leur ait difficile aujourd’hui encore d’en parler ouvertement : même si ces 2 sites sont parmi les plus visités de Phnom Penh (tous les tuk-tuk vous les proposent à chaque coin de rue), on sent une certaine réticence lors qu’on les évoque avec eux (« j’étais trop jeune » - c’est vrai que plus de 50% de la population ici à moins de 25 ans ! - « désolé, je ne comprends pas bien votre question : je ne parle pas très bien anglais »)  

 

 

-          Riton : « Mon Dieu, plus jamais ca … !!! »

-          « Je suis d’accord avec toi … mais on retrouvera ca encore plus près de nos jours au Chili, au Rwanda, en Bosnie et je ne sais où encore … »

-          « Mais pas chez nous … ? Pas dans nos beaux pays européens de l’ouest ?

-          « Qui sait ce qui peut arriver … il faut rester attentif »

-          « Jamais je ne laisserais faire ca : j’ai des droits et je les ferais valoir haut et fort s’il devait advenir une telle menace ! »

-          « Exact : tu as le Droit d’expression, tu as le Droit de manifester, tu as le Droit de ne pas être d’accord et de critiquer ceux qui nous gouvernent … mais n’oublie pas non plus tes Devoirs. Droits et Devoirs forment un couple indissociable : les uns ne vont pas sans les autres »

-          « Comment ca, des Devoirs … !?! »

-          « Devoirs civiques par exemple : payer tes impôts correctement, ne pas abuser des aides sociales, aller voter quand tu en as l’opportunité … et après tu peux exercer tes Droits »

-          « Ah … c’est comme ton histoire de chômage ?

-          « Tout à fait. Quand je repense à certaines personnes que j’ai croisées depuis mon départ et qui me disaient : « ah tu voyages pendant un an : tu t’es fait licencier et tu touches le chômage » … Mais ca va pas non ! Le chômage est fait pour ceux qui en ont besoin, pas pour ceux qui veulent voyager ! »

-          « Ou comme l’histoire de ta procuration pour les élections de ce printemps ? »

-          « Oui, puisque je savais que je ne serai pas là => un détour à la gendarmerie avant de partir et en 15 minutes c’était fait ! Tu te rappelles de la tête du gendarme ? « Une procuration pour les élections printemps 2012 ! Heuuu … vous êtes le premier, Monsieur » … « Non sans blague ! » (on était au mois d’octobre J) »

-          « Ouais mais voter aujourd’hui, ca sert à rien : tous les programmes sont les mêmes … et les candidats sont tous des pourris »

-          « Même si aujourd’hui il n’y a plus de grand débat idéologique (le communisme a fait son temps) et qu’il n’est pas facile de choisir, je vote quand même … Avant d’exercer mes Droits, je commence par remplir mes Devoirs. Et puis je vote pour 2 autres raisons simples : 1. au cours des siècles derniers, des milliers de français sont morts pour gagner le droit de vote (et plus récemment, des milliers de tunisiens) 2. Il y a encore tellement de pays au monde aujourd’hui qui n’ont pas l’opportunité de voter librement »

-          « Ok, je comprends …. mais je reste sceptique »

-          « Ton monde (the world of Riton) n’est pas forcement tout rose … mais tu peux toujours faire quelque chose à ton niveau : penser global, agir local »

 

 

 

Le reste des visites de la ville sera … disons plus « classique »

 

Le Wat Phnom, qui domine la ville sur la seule colline par ici, avec son horloge « genevoise »

2.PhnomPenh 02

 

  

Le monument de la libération … érigé juste sur le modèle d’Angkor Wat, juste après le départ des français

2.PhnomPenh 07

 

 

Avant de rejoindre le palais royal et le temple d’argent, on passe devant la haute cour de justice

2.PhnomPenh 09

  

« Ba y’en a qui se font pas chier dis-donc … ! »

« T’as raison Riton, y’a pire comme endroit pour bosser J »

 

Le palais royal, donc

2.PhnomPenh 10 

 2.PhnomPenh 29

 

 2.PhnomPenh 30

 

 

Pour 6 dollars 50 de droit d’accès au site, on ne peut même pas photographier l’intérieur des principaux monuments !

 

Le parc est forcement entretenu pico-bello

2.PhnomPenh 15

 

 

 2.PhnomPenh 34

 

2.PhnomPenh 16   

2.PhnomPenh 17

 

 

 Quelques fresques ornent les murs d’enceinte

2.PhnomPenh 13

 

 2.PhnomPenh 19

 

   

Le temple d’argent, qui tire son nom des centaines de plaques de métal qui couvrent l’intérieur … mais là encore, pas de photo autorisée L

2.PhnomPenh 23

 

 

Dommage car il y avait un Bouddha en or à taille humaine de 90 kg, un autre en cristal vert opaque appelé le Bouddha d’émeraude ou encore un venant de Myanmar (ex-Birmanie) dont la finesse des détails est tout simplement stupéfiante …

 

On se rattrape donc sur les statues d’autres édifices du site

 

2.PhnomPenh 25

 

 

 

 

Nous étions arrivés avec Riton à l’heure d’ouverture de l’après-midi et donc … avec pleins de cars de touristes ! Alors que les tours organisés commençaient par la droite, forcément nous on bifurque à gauche pour être tranquille : on fera le « début » à la « fin », en revenant sur nos pas … Quelle surprise quand un jeune gardien tente de nous interdire l’accès au début du site : « le sens de la visite est unique … regardez le panneau ». Pas eu besoin de dire un seul mot, l’américaine à coté de moi est dans la même situation et elle s’emporte : « pour 13 dollars, j’estime que mon mari et moi avons le droit de choisir le sens de notre visite afin d’éviter la foule … surtout qu’en plus on ne peut pas prendre de photos là où c’est le plus intéressant ! ». J’appuie ses doléances auprès du garde à l’aide d’un petit signe de tête, celui-ci nous laisse passer.

 

« Tu vois Riton, un autre petit exemple du couple Droits/Devoirs : elle a payé puis ensuite elle gueule »   J

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J

AYADI Président !!!    non!   PAPE  pourquoi pas ?
Répondre
R


Et encore une qui nous a fait le coup de « j’me mets au chômage pour 2 mois et je voyage ». Guillaume n’a pas osé
tourner les yeux vers moi …