Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 03:18

 

Un 14 juillet dans le bus avec la clim à choper un « rhub », y’a pas à dire : c’est une bastille qu’il faut prendre pour la gorge … 


Arrivée sur Sucre. On se croirait revenu avec Riton en Asie du Sud-est : les gares routières longues distances sont toutes en périphérie et il faut toujours reprendre un taxi pour rejoindre le centre … sauf que là, on trouve un hôtel à quelques encablures.

 

Ces quelques jours seront consacrés au repos et … à la lessive. Riton : « Je n’osais pas te le dire Olive, mais après ces 3 jours … ce n’est pas du luxe. Tu penseras aussi à laver le bonhomme J ». Hey oh ! Un jour on m’a dit : quand tu voyages, tu t’en fous d’à quoi tu ressembles … J’applique à la lettre, c’est tout.   

 

J’en profite aussi pour « écrire » un peu : quand je voyage avec d’autres personnes, forcement j’ai moins de temps pour mettre à jour le blog de Riton (sorry for that, c’est de la faute aux 2 frangins irlandais J).

 

La ville présente de nombreuses similitudes avec celle déjà traversées : des rues étroites pour se protéger du froid ou du chaud (selon la saison)  

 

2.Sucre 12

 

 

 

Une blancheur vierge et éclatante, comme pour expier quelque péché

 

2.Sucre 06

 

2.Sucre 07

 

2.Sucre 09

 

2.Sucre 10

 

 

Et des balcons avancés, à la mode anglaise dira-t-on

 

2.Sucre 04

 

2.Sucre 05

 

 

 

Nous tombons par hasard sur une épicerie-bazar-bar-restaurant tenu par un vrai titi : « Le Petit Parisien ». Christian, 54 ans, parle espagnol aussi bien que moi malgré ses 10 années passées en Bolivie (il a fondé une famille avec une guide touristique locale). J’avais saisi son baragouinage bien avant que sa femme nous avoue ses lacunes linguistiques : une locale entre, demande « des rasoirs », lui ne comprend pas et montre tout ce qu’il a derrière lui et son comptoir. Une fois l’objet désiré pointé, je l’entends marmonner en français : « ah ba des rasoirs, fallait l’dire ». Du pur parisien dans le texte … mais que ca fait du bien, ma première merguez-moutarde depuis presque 1 an J.      

 

On traine un peu avec les frangins irlandais et on tombe un soir sur une vraie flèche. Le jeune garçon, 7-8 ans, ses parents à la table d’à coté, ne parle pas un mot d’anglais mais se débrouille comme un chef avec un stylo et un calepin pour nous narrer l’histoire de la faune bolivienne. Une vraie gourmandise de bonheur … une pure sucrerie, à Sucre.


 

2.Sucre 02

 

 

 

Nous partons ce mercredi soir en bus de nuit pour La Paz et Christian, en bon commerçant, semble être le fournisseur officiel de tout français en casse-croute de nuit. « J’ai un super pâté tout frais, je peux vous faire des sandwichs pour le bus si vous voulez ». Moi : « Il est à quoi ton pâté ? ». Lui : « Au cognac ». « Heuuu non, je voulais juste savoir avec quelle viande il était fait ».

 

Que voulez-vous, on ne se refait pas, nous les français … même à l’étranger J 

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

A

Après le sel, le sucre ! hihi
Répondre
R