Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 04:05

 

Retour en train sur Cusco en cette fin de matinée. Histoire de gagner du temps : vols le lendemain (via Lima) pour Trujillo, sur la côte. Ba oui, c’est gentil la cordillère des Andes mais env. 20-25 heures de bus pour faire presque 1’000 kms (Cusco-Lima) alors que je souhaite encore faire 8-10 heures de plus pour monter jusqu'à Trujillo … ca commence à faire longuet !

 

Retour donc au niveau de la mer, après 3 semaines à plus de 2'000 mètres : fait du bien quand même …  Au programme, les ruines des environs. On commence par le Huaca de la Luna. Les visites se font obligatoirement en groupe, accompagné d’un guide (le site est fragile et les responsables ne veulent pas que le chaland mette les pieds là où il ne faut pas). Comme je suis français, je suis « censé parler espagnol ou tout du moins, le comprendre » => on me case avec un groupe de locaux, accompagné donc d’une guide hispanophone.    

 

Les fresques Moches (du nom d’un des peuples rivaux des incas qui vivait dans la région au nord de Cusco et non pas le qualificatif des fresques …)         

 

4.Trujillo 04 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 03 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 06 Huaca de la luna

 

 

 

 

Constituée de quelques millions de briques en adobe (mélange de terre séchée, paille et autres liants).


Afin d’éviter toute maladresse dans la facturation de leurs honoraires, les ouvriers ont fait appel au Poinçonneur des Lilas

 

4.Trujillo 07 Huaca de la luna

 

 

 

Le site est protégé par de grandes tentes afin de diminuer les ravages des pluies diluviennes qui peuvent s’abattre par ici.

 

4.Trujillo 08 Huaca de la luna

 

 

 

 

Riton : « Des pluies diluviennes par ici !?! T’as vu comme c’est sec … »

 

Effectivement, le climat sec de chez sec de la côte Ouest de l’Amérique latine est dû au courant maritime de Humboldt (froid, ce qui évite l’évaporation et donc la constitution de nuages chargés) mais il y a un petit enfant qui joue régulièrement avec le robinet et arrose les terres tel un Makenpis qui aurait trop forcé sur la bibine : El Nino ! En plus de raviner les versants des Andes, il déchaine ses foudres sur cette fine bande de terre et les sites historiques sont les premiers à en subir les conséquences.    

 

 

Riton : « Bravo les ouvriers … laisser de gros rainures au plein milieu des murs, c’est du joli : on dirait du préfabriqué ! »

 

4.Trujillo 18 Huaca de la luna

 

 

 

Mais non … Ces espaces étaient laissés volontairement, en prévention des séismes ». Riton : « Trop forts, ces Moches »  

 

 

Il y a en fait 2 Huacas (temples) sur le site : le Huaca del Sol (soleil) et celui de la Luna (pas besoin de traduction, ici) mais seul celui dédié à l’astre nocturne est visitable (l’autre est en trop mauvais état, en court de restauration et toujours soumis à d’implacables fouilles).

 

4.Trujillo 12 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 13 Huaca de la luna

 

 

 

La montagne sacrée, qui veille sur les 2 temples

 

4.Trujillo 20 Huaca de la luna

 

 

 

 

Et l’entrée principale, ornée de ses plus beaux apparats pour les cérémonies officielles et religieuses 

 

4.Trujillo 26 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 21 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 23 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 24 Huaca de la luna

 

4.Trujillo 25 Huaca de la luna

 

 

 

 

 

 

La cathédrale de Trujillo répond au doux surnom de « poussin »

 

4.Trujillo 27

 

 

 

 

 

Et nous voici parti pour le site que je suis venu voir ici : quelqu’un m’avait glissé le tuyau au Sri-Lanka (après vérifications avec elle, il s’avère que ce n’était pas mon autrichienne) et j‘avais depuis lors sur mon téléphone le rappel « Pérou Chan-Chan » …

 

4.Trujillo 53 Chan-Chan

 

Chan = Soleil, en ancienne langue Moche

 

La plus grande citée au monde « connue » construite en pierre d’adobe. Seule une partie peut être actuellement visitée mais la ville, au temps de sa splendeur, accueillait environs 60'000 habitants à quelques mètres de l’océan.

 

C’est un dédalle de rues labyrinthiques qui s’entremêlent tels les spaghettis dans l’assiette de Riton (quand il est puni et qu’il n’a pas le droit de manger local) …

 

4.Trujillo 42 Chan-Chan

 

4.Trujillo 46 Chan-Chan

 

4.Trujillo 51 Chan-Chan

 

4.Trujillo 52 Chan-Chan

 

4.Trujillo 49 Chan-Chan

 

4.Trujillo 50 Chan-Chan

 

 

… qui mènent toutes plus ou moins à différentes places au sein de la citée

 

4.Trujillo 33 Chan-Chan

 

4.Trujillo 47 Chan-Chan

 

4.Trujillo 48 Chan-Chan

 

Riton : « Sympath, le groupe : on se rend bien compte de la taille des murs … surtout qu’ils ont déjà été rabotés par les pluies. Il y a fort longtemps, l’être humain aimait déjà bien mettre de grandes palissades entre lui et ses voisins … ca n’a pas changé aujourd’hui. Bref … »

 

Ou encore, qui mène au centre logistique : le réservoir d’eau

 

4.Trujillo 43 Chan-Chan

 

4.Trujillo 45 Chan-Chan

 

 

Riton : « Tu nous saoules, Olive … avec tes histoires d’irrigation »

 

Quelques décorations subsistent aujourd’hui encore

 

4.Trujillo 29 Chan-Chan

 

4.Trujillo 31 Chan-Chan

 

4.Trujillo 36 Chan-Chan

 

4.Trujillo 37 Chan-Chan

 

Riton : « Sympath les casiers pour ranger les bouteilles de pinard … En tous cas, ils n’oubliaient pas de taper dans la gourdasse, les Chimus, dis-donc … C’est beau (snif !) »

 

[ Oui car ici, ce sont les Chimus qui ont érigée leur capitale ]

 

 

4.Trujillo 38 Chan-Chan

 

4.Trujillo 41 Chan-Chan

 

 

 

 

 

 

Je suis juste un peu sur ma faim : je pensais que le site serait mieux conservé. Mais les affres du temps et des intempéries ont tant fait ...

 

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires