Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 03:23

 

« La Grosse Pomme » … « La Ville qui ne dort jamais » … Celle qui « se renouvelle sans cesse » … Les superlatifs ne manquent pas pour qualifier la capitale du monde. L’unique, l’emblématique, la charismatique :

 

 

NEW YORK !

 

 


Bon faut pas décorner : venir à New York, ce n’est pas pour loger au Bronx, le Queens, Brooklyn ou encore Harlem mais pour … Manhattan ! Donc direction croisement 14ieme rue et 8ieme avenue pour un hôtel à la limite entre Chelsea et Greenwich village.

 

 

Et c’est parti pour les icones locales !

 

Le Flatiron Bulding … Riton : « Où Carlos, Demis Roussos et Maïté n’avaient très certainement pas leurs habitudes ». (Sympath pour Maïté …)  

 

16.NY 001

 

16.NY 002

 

 

« L’Empailleur » State Bulding …

 

16.NY 004

 

16.NY 005

 

16.NY 009

 

 

… Riton : « Visiblement trop haut pour Guillaume : l’a eu peur de monter jusqu’en haut, l’garçon J »

 

 

 

Le « Carré du Temps » … qui énerve en se prenant pompeusement pour le « Carrefour du Monde », avec ses presque 40 millions de visiteurs par an

 

16.NY 025

 

16.NY 055

 

16.NY 134

 

16.NY 138

 

16.NY 145

 

16.NY 152

 

 

Riton : « Et le feu à Douvaine, alors ?!? Tu ne crois pas que c’est LE carrefour où tout le monde s’énerve ? »

 

 

La patinoire du Rockefeller Center …

 

16.NY 027

 

16.NY 032

 

 

… où cette fois-ci, Guillaume brave ses peurs => le coucher du soleil s’apprécie aussi ici en altitude

 

16.NY 034

 

16.NY 036

 

16.NY 038

 

16.NY 040

 

16.NY 049

 

 

 

 

Comme le faisait justement remarquer le cousin, NY n’est pas la ville où il faut « s’amuser à dire des conneries en français dans la rue » : la crise en France ? Certains ne semblent pas connaitre … Déjà que je ne suis pas un grand bavard, de toutes manières il n’y a pas de risque qu’une gaffe glisse entre mes dents, tellement je les sers : rage de dents L !

 

 

Downtown - ou Manhattan sud - dévoile ses immeubles historiques …

 

16.NY 063

 

16.NY 061

 

 

… dont « Wall Street » …

 

16.NY 072

 

 

… et l’ancien bâtiment des douanes commerciales du port 

 

16.NY 066

 

16.NY 068

 

 

 

On s’assure que le chantier de la reconstruction des tours du World Trade Center avance bien

 

16.NY 076

 

16.NY 077

 

 

Heureusement qu’il y a de temps en temps une église … pour ouvrir un peu le panorama

 

16.NY 079

 

 

 

Nous osons nous aventurer hors de Manhattan … via le pont le Brooklyn

 

16.NY 100

 

16.NY 083

 

16.NY 084

 

Riton : « Y’a pas a dire : il a bien bossé, Spiderman … »

 

 


16.NY 087

 

16.NY 088

 

16.NY 090

 

16.NY 096

 

16.NY 102

 

16.NY 105

 

 

 

Central Park est le vrai poumon de cette … petite bourgade

 

16.NY 107

 

16.NY 111

 

16.NY 115

 

16.NY 117

 

 

 

L’ONU ne peut plus se visiter aujourd’hui …

 

16.NY 127

 

16.NY 125

 

 

… mais nous avons une belle vue sur « mon préféré » : le Chrysler Building

 

16.NY 128

 

16.NY 133

 

 

 

En ce dimanche, lendemain de mon anniversaire et après un « pique-nique » à Central Park sous un soleil radieux, le musée Guggenheim nous accueille pour son expo du moment

 

16.NY 147

 

16.NY 151

 

16.NY 150

 

16.NY 148

 

 

Riton : « Expo Blanc et Noir de Picasso, au musée Guggenheim de New-York, donnant sur Central Park … Si ca fait pas bobo de Manhattan en promenade du dimanche, ca … ». On ne pousse pas la caricature jusqu'à prendre une coupette de champagne, mais on aurait pu J. Riton : « Ouiiiii … Picasso, il ne devait pas tourner qu’au champagne, lui ! »

 

 

 

La « Tour Effel locale » est trop loin pour que mon appareil puisse rendre quelque chose de bien et faire une queue de 2 heures (au moins) pour aller y faire un tour ne nous dit guère. C’est ca la Liberté, un statut qui nous permet de brandir le sceptre de nos envies sur ce qui nous botte.

 

Riton : « Brandir le sceptre de nos envies sur ce qui nous botte ? Tu parles des ragazza de Little Italy et du Caffe Napoli qui nous accueille en ce dimanche soir ? …… Ba quoi : pourquoi tu me regardes comme ca ? »

 

 

 

 

Un bus de nuit doit nous ramener vers La Belle Province - départ initialement prévu à 22h30. Même au fin fonds du Laos ou à Sumatra, je n’avais encore jamais « subi » un tel bord*** avec une compagnie de bus ! Retard de près de 2 heures, une trentaine de personnes qui restent sur le carreau car « plus de place, revenez demain matin » (nous sommes les 2 derniers à grimper à bord !), un connard qui ne veut pas laisser sa place alors que nous voyageons à 2 et lui est seul, arrêt d’une ½ heure à 4 heures du matin car « le bus doit faire le plein d’essence => tout le monde descend, SVP » (!) 

 

Mais vinzou : on est à New-York ici, ou quoi ?!?

 

J’ai beau être naturellement « bonne pate » et prendre tout à la cool depuis 11 mois, je rejoins tout de même pour une fois Guillaume au croisement Rue de l’Enervement et Impasse de l’Impatience … Carrefour légendaire chez les Baud.

 

Riton : « Monique et Jean-François, si vous nous suivez sur GPS … J »

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires