Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : The World of Riton
  • : Le voyage d'un raton-laveur sur les routes du monde .....
  • Contact

Rechercher

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 17:12

« ♫♪♫ ….. try to remember, when life was so tender …. ♫♪♫

Les cafés Carte Grise et Adadjo, parfum pour homme, vous présentent votre série du week-end »

 

*****

Précédemment dans « Lost, les disparus » : nos 4 couillons passent la nuit avec les 7 nains.

*****

 

 

 

 

Il est 3h30 et je gèle tellement que je me suis emmitouflé dans mon poncho en plastique fin et mis mes pieds dans mon sac à dos (ouf : pas de photo disponible J). Prof, mon voisin, me voit d’un œil et par pitié rallume le feu de la cuisine, Roby et Schweini étant sortis faire le leurs dehors. Le buffle a cessé de frapper la maison de ses cornes et je peux enfin dormir un peu.

Il est 5h00 : tout ce petit monde imite Paris. Atchoum ne semble pas trop au top ce matin, Joyeux lui administre un traitement traditionnel : des petits pots ventouses le dos, chauffés à l’aide d’une bougie et d’huiles essentielles. Il retourne s’allonger aux cotés de Dormeur.

Prof nous annonce enfin qu’il connait le chemin pour aller chercher de l’essence : on se doutait bien qu’il n’avait pas envie de nous y conduire la veille, en pleine nuit, avec le risque de se taper la pluie journalière qui n’était pas encore tombée ce samedi. Il propose de siphonner le peu d’essence qu’il reste dans un scooter pour le transvaser dans l’autre. Schweini se joint à lui pour l’expédition …… De toute façon, nous avons zéro confiance quant aux capacités de l’hôtel à nous retrouver.

L’équipe victorieuse revient 2 heures après, avec le plein d’essence et de certitudes quant au chemin à suivre pour rejoindre la terre promise. Un plat de nouilles gentiment préparé par Timide, une poignée de main chaleureuse accompagnée de « tanque iou » à tirelarigot : voici les derniers échanges que nous avons avec les 7 nains …… que nous ne reverrons probablement jamais de notre vie ….. mais que nous n’oublierons certainement jamais non plus.

 

 

L’américaine reprend son rodéo et vole-dingue dans tous les sens sur l’étalon de Schweini. Ca swingue comme à Montmartre en aout 44. La boue, telle des chewing-gums collés à nos roues, fait de la résistance, comme si décidément, elle voulait nous voir associer les mots « fiasCO-CApitulation ». Quelques épines encore, se plantent dans le pied de Roby, avant qu’une autre ne sorte enfin du mien : nous retrouvons les habitations, une piste correcte puis enfin la route …… ouf !

 

« 4 couillons, 4 couillons outragés ! 4 couillons brisés ! 4 couillons martyrisés ! mais 4 couillons libérés ! »

 

 

 

Il se met à pleuvoir et les locaux que nous croisons semblent s’en amuser : « regarde ces touristes qui vont le dimanche matin en montagne en habit de plage …. ». « Si vous saviez, ma brave Dame …. »

On aperçoit le point ou les gars de l’hôtel devaient très certainement nous attendre hier soir, « la route étant mauvaise à cet endroit » qu’ils nous avaient dit :

2.Samosir_51.JPG 

  

Il est 11 heures quand nous quittons Schweini et l’américaine à l’entrée de Tuk-Tuk, rdv est pris en soirée pour la bière de l’amitié. Notre arrivée à l’hôtel Carolina ne passe pas inaperçue : les occupants de la chambre 24 sont les stars du jour et tout le monde se marre ……. « Ou sont mes lunettes de soleil ? » demande Riton, « les flashs m’éblouissent …… dites-leurs que je prends une douche et que je signerai les autographes cet après-midi», ajoute-t-il en retournant dans la chambre avec la démarche chaloupée d’Aldo Maccione.

Seule la nénette qui s’occupe des locations de scooter et que nous avions dérangée au téléphone hier soir semble tirer la tronche : « mais j’vous avais dit que les routes étaient mauvaises par là …… !!!! ». « Meuuuuuuh non, voyons ….. par contre, on voudrait louer un scooter des mer aujourd’hui J » …….. On traine pas trop dans son bureau pour finir ……. (pfuuuu : si on peut plus rigoler ….).

 

A l’heure de l’apéro, nous apprenons du barman que nous étions dans un village abandonné depuis des lustres, depuis qu’une légende le supposait hanté par Goumar, un esprit malveillant.

 

Nous sommes donc sortis vainqueurs de la forêt ……. et pas besoin d’une saison supplémentaire de X-Files pour raconter comment nous serions arrivés au bout de Goumar ……. J

 

 

 

 

« ♫♪♫ ….. try to remember, when life was so tender …. ♫♪♫

Les cafés Carte Grise et Adadjo, parfum pour homme, vous ont présenté votre série du week-end »

 

*****

« Tout de suite après la pub, retrouvez votre magazine Auto Moto. Au sommaire : tout ce qu’il ne faut pas faire si vous voulez prolonger la vie de votre scooter »

*****

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G

Vraiment excellent cet épisode (sans doute plus sympa à raconter après qu'a vivre...), je l'ai recommandé à tous les gens qui lisent le blog en dillettante (non, ne le dis pas à Riton, tu vas le
vexer avec son caractère de raton-laveur)


C'est bien la première fois que je m'endors pas pendant un épisode de "Lost"...
Répondre